Un journaliste pris à partie dans une manifestation antivax: "On devrait vous péter la gueule"

Paul Larrouturou, journaliste pour LCI, a tenté hier soir de recueillir les avis des manifestants opposés à l’obligation vaccinale. Il a été accueilli fraîchement.

T.B.
Un journaliste pris à partie dans une manifestation antivax: "On devrait vous péter la gueule"

La France a décidé de faire du pass sanitaire un pass vaccinal: il faudra désormais être vacciné pour obtenir le précieux sésame. L'examen du projet de loi actant cette décision se faisait hier soir à l'Assemblée nationale. Il a été suspendu, après qu'une majorité de députés ont refusé la poursuite des débats après minuit, selon un décompte de la présidente de séance.

Présents pour mettre la pression sur les parlementaires, plusieurs manifestants se trouvaient devant le bâtiment pour faire entendre leur opposition à ce projet.

Des journalistes, dont Paul Larrouturou, ont tenté de recueillir l’avis des opposants à la vaccination. Le reporter de LCI a été insulté et menacé par une partie des personnes présentes.

Un homme a notamment fait irruption, coupant un intervenant qui s’exprimait au micro du journaliste. "Ne répondez pas, ce sont des cons. Ne répondez pas à des gens comme ça. Ils ne le méritent pas".

Paul Larrouturou a alors tendu son micro à l’homme en colère, accueilli par un "journaleux de merde!".

"Vous véhiculez la bien-pensance. Y’en a marre de la doxa. Pour le moment, on est calme, mais on ne va pas le rester", complète-t-il.

"On tue avec cette injection", lui lance une autre manifestante, tandis qu’un autre lui affirme qu’il est "un suceur du gouvernement". Le premier homme revient alors à la charge: "On devrait vous péter la gueule".

Lorsque le journaliste cite alors un chiffre sur les personnes non vaccinées présentes dans les lits en réanimation, plusieurs manifestants lui sautent à la gorge. "Mensonge! Perroquet!"

Un peu plus tard, Paul Larrouturou a interrogé l’actrice Véronique Genest, opposée à la vaccination.

"Beaucoup de médecins expliquent que les non-vaccinés sont majoritaires dans les hôpitaux aujourd’hui", lance le journaliste à la comédienne, qui lui répond alors: "Il faut croire qu’ils mentent".

L’extrait complet