Sophie Wilmès a prêté serment: voici le nouveau gouvernement

La Première ministre du gouvernement d’affaires courantes a prêté serment ce mardi devant le roi Philippe pour un gouvernement de plein exercice. Comme annoncé dimanche soir, celui-ci aura un champ d’action limité à la gestion sanitaire et économique de la crise du coronavirus.

Sophie Wilmès a prêté serment: voici le nouveau gouvernement
Le nouveau gouvernement a prêté serment à 11h. ©BELGA

- Des mesures de confinement exceptionnelles ont été décidées pour la Belgique le 12 mars et sont d'application jusqu'au 3 avril.

- Trois jours plus tard, un accord politique est intervenu pour former un gouvernement de pouvoirs spéciaux, composé des trois partis dans la coalition en affaires courantes depuis décembre 2018 (MR, Open Vld, CD&V) et soutenu par 6 partis de l'extérieur, la N-VA refusant finalement de s'associer à cette piste. Sophie Wilmès doit demander la confiance au parlement ce jeudi 19 mars. Ce gouvernement de pouvoirs spéciaux aura une durée de 3 mois, renouvelable une fois pour une même période.

- Numéros utiles: tous les ressortissants belges qui se retrouvent coincés dans un pays étranger peuvent contacter le call center du SPF Affaires étrangères au 02/501.40.00 (de 9h à 20h, heure belge). Pour tout autre question, afin de désengorger les postes de garde de médecine générale, une ligne spéciale a été mise en place: 0800/14 689 (entre 8h et 20h).

- Mais aussi:le site web www.info-coronavirus.bele et le compte Twitter du SPF Santé.

+ VIDÉO | Coronavirus: un spot pour rappeler les mesures de prévention

+ LIRE AUSSI | 36 réponses à des questions concrètes sur le coronavirus

+ DOSSIER | Tous les infos sur le coronavirus

Fini le gouvernement en affaires courantes qui était en place depuis décembre 2018 et le départ de la N-VA. 296 jours après les élections du 26 mai, place au gouvernement de plein exercice, toujours mené par Sophie Wilmès, qui avait pris le relais de Charles Michel fin octobre. Et l'exécutif reste également minoritaire puisqu'il reste composé de trois partis (MR, Open Vld et CD&V, soit 38 sièges à la Chambre sur 150). Mais, suite à l'accord intervenu dimanche soir, ce gouvernement Wilmès 2.0 sera soutenu de l'extérieur par six partis (PS, sp.a, Ecolo, Groen, cdH, DéFI), la N-VA ayant finalement décidé de se retirer de ce soutien.

La mission de ce gouvernement sera limitée dans le temps: trois mois dans un premier temps, éventuellement prolongeables de trois mois supplémentaires. Pour les autres matières, le gouvernement continue de fonctionner en affaires courantes.

Les autres ministres du gouvernement MR, CD&V et Open Vld ont également prêté serment dans la foulée, après quoi Sophie Wilmès lira à 14h la déclaration gouvernementale à la Chambre et demandera la confiance. Le vote n’interviendra toutefois que jeudi puisque la Constitution impose un délai de 48 heures entre le dépôt de la motion de confiance et la mise au vote.

Compétences inchangées

Les compétences des ministres sont inchangées. Etant donné qu’ils font désormais partie d’un gouvernement de plein exercice, ceux qui ont été élus à la Chambre lors des élections du 26 mai seront remplacés par leurs suppléants. Six nouveaux députés du MR feront leur (ré)apparition: Isabelle Galant, Benoit Friart, Nathalie Gilson, Magali Dock, Mathieu Bihet et Christophe Bombled. Au CD&V, l’on remarquera notamment l’arrivée de Sammy Mahdi, le président des jeunes du parti qui était l’un des candidats les plus en vue à la présidence du parti à la fin de l’année passée. Bercy Slegers rejoindra également les bancs chrétiens-démocrates. Tania De Jonge et Bram Delvaux feront de même pour l’Open Vld.

Par souci de précaution sanitaire, des mesures particulières seront prises pour l’organisation des séances plénières. Ce mardi, seuls les chefs de groupe seront présents dans l’hémicycle pour entendre la déclaration de la Première ministre et en débattre jeudi matin. D’autres textes seront soumis à l’approbation de la Chambre, notamment les douzièmes provisoires, qui comprennent la provision d’un milliard d’euros prévue dans un premier temps pour faire face à la crise, ainsi que la loi sur le droit passerelle des indépendants. Là encore, seuls les députés qui interviendront dans le débat seront présents. Les votes auront lieu par écrit.