CORONAVIRUS

Plus de 27.000 masques produits en prison

Plus de 27.000 masques produits en prison

Illustration. Photo News

À ce jour, 27.350 masques buccaux ont été produits par des détenus dans différentes prisons du pays, a déclaré mercredi après-midi le ministre de la Justice, Koen Geens, en commission de la Chambre. Les ateliers d’Hasselt, d’Anvers et de Marche fonctionnent toujours.

Quelque 17.500 masques ont été fournis à l’administration pénitentiaire et répartis dans les prisons. Depuis le 6 avril, 6.500 masques fabriqués par des détenus ont également été remis à Kind en Gezin, 1.000 à l’Office des étrangers, 3.500 à l’organisation judiciaire, 2.000 sont prévus pour le SPF Finances et le Parlement européen a aussi passé une commande auprès des prisons.

«Les détenus qui produisent ces masques sont payés selon la rémunération convenue», a précisé M. Geens (CD&V). Vu les circonstances, les détenus ont également été amenés à travailler le week-end, à Audenarde notamment.

«Toutes les prisons sont complètement équipées» pour faire face à cette crise sanitaire, selon Koen Geens. Il a également été convenu avec la Protection civile d’une livraison de 375 litres de gel hydroalcoolique par semaine, «ce qui est suffisant pour l’instant».

Par ailleurs, le taux d’absentéisme du personnel dans les prisons s’élève pour l’instant à 21% (1.369 membres), ce qui représente une baisse. Jusqu’ici, 41 membres du personnel pénitentiaire ont été contaminés, dont six sont guéris et ont repris le travail. Il s’agit pour la plupart de personnes déjà en quarantaine depuis un moment après avoir présenté des symptômes.

Depuis le début de la pandémie, neuf cas de contaminations ont été détectés chez des détenus, a-t-il rappelé: un détenu en fin de peine à Mons – toujours à l’hôpital -, quatre à Turnhout, dont trois ont été transférés au centre médical de la prison de Bruges et un à l’hôpital, en soins intensifs, un à Forest (hôpital), deux à Namur – un transféré au centre médical de Bruges – et un à Marneffe, également emmené à Bruges. Actuellement, 58 détenus se trouvent en isolement médical mais ce nombre varie d’un jour à l’autre, à la hausse comme à la baisse, a indiqué le ministre de la Justice.

Vingt-et-un incidents ont aussi éclaté dans divers établissements, en raison principalement de l’absence des visites mais aussi des craintes liées à la situation. Les détenus à l’origine de ces faits ont été placés dans d’autres prisons et font l’objet de mesures disciplinaires.