BINCHE

Quel avenir pour le lavoir de Péronnes-lez-Binche?

8ans après les débuts de sa réhabilitation, personne ne sait que faire de ce bâtiment
8ans après les débuts de sa réhabilitation, personne ne sait que faire de ce bâtiment-Sébastien Berrut
Après avoir mis 13 millions d'euros dans la rénovation extérieure du lavoir, la Région wallonne se demande ce qu'elle va bien faire de ce monument: elle n'a plus aucune idée de reconversion. Une procédure de déclassement est entamée, une réunion publique est prévue à Binche.

Au rayon des grands travaux inutiles de l'histoire de Belgique, le lavoir de Péronnes sera peut-être tête de gondole. De toute son existence, ce bâtiment aura englouti des millions de francs puis d'euros, pour rien ou pas grand chose. Construit en 1954 alors que les premiers charbonnages fermaient, le lavoir à charbon a fonctionné jusqu'en 1969, quand il n'y a plus eu de charbon à laver. En 2003, le bâtiment voué à la destruction est sauvé et classé pour ses qualités architecturales comme patrimoine industriel de la Wallonie.

A l'époque, on fourmille d'idées pour sa reconversion: un centre d'archives des musées fédéraux, des services scientifiques fédéraux, la Région Wallonne y verrait bien un dépôt archéologique pour la Région Wallonne, mais aussi une antenne pour un centre de formation IFAPME...En 2008, des travaux de rénovation de l'enveloppe extérieure du bâtiment sont lancés, on y croit, le bâtiment va retrouver une seconde vie.

Toutes les pistes abandonnées

Mais 8 ans plus tard, il ne reste plus rien de ces bonnes idées et c'est le flou total sur la destinée du bâtiment. Après 13 millions d'euros dépensés pour l'extérieur, on s'est rendu compte que ça allait coûter beaucoup plus cher de réhabiliter l'intérieur du bâtiment. On s'accorde en 2012 pour un montant de 30 millions d'euros pour s'y attaquer, mais 4 ans plus tard, rien n'a avancé...Même si en 2014 on a quand même lancé des travaux pour construire une annexe qui accueillerait le centre d'archives des musées fédéraux. Allez comprendre...

En attendant, le bâtiment classé se détériore faute d'entretien, la cour des comptes s'interroge sur les montants dépensés pour rien...Pour sortir de l'impasse la Région wallonne joue une dernière carte: celle du déclassement comme monument de l'intérieur du bâtiment. En espérant pouvoir attirer un investisseur privé qui accepterait de mettre des billes dans la réhabilitation de cette batisse, pensée pour laver du charbon, et pas autre chose.

En effet, sur l'avis d'enquête publique de la ville de Binche dans le cadre de la procédure de déclassement, on pouvait lire ceci: "La disposition intérieure du bâtiment, née des contraintes de l'organisation de l'outillage pour une fonction très spécifique, est intimement liée à la fonction du bâtiment pour laquelle elle a été pensée (NDLR: soit laver du charbon). Elle ne s'adapte à aucune autre fonction en raison des trous béants laissés par les machines enlevées, des éléments saillants au sol, des trémies, des bassins, des passerelles, des plans inclinés, des plateaux placés à des hauteurs différentes... qui réduisent l'utilisation rationnelle de l'espace et la surface au sol exploitable"

C'est bien de s'en rendre compte 13 millions d'euros engloutis plus tard. Pour en savoir plus (ou non) sur le destin de ce bâtiment qui aspire les fonds publics comme un trou noir des galaxies (déjà en 1954 il avait été érigé grâce au Plan Marshall), les Binchois ont rendez-vous pour une réunion publique au Kursaal le 8 septembre à Binche.