Bruxelles : le Magic Land Théâtre expulsé doit se trouver un nouveau toit (vidéo)

Le Magic Land Théâtre, à Schaerbeek, doit quitter les bâtiments qu’il occupe depuis 30 ans. Il faut déménager ou disparaître.

Jacques Duchateau

“Nous sommes installés ici depuis 30 ans. Mais nous devons partir pour fin mars 2024. La commune a un projet de réhabilitation du quartier”.

Il ne le montre pas encore, mais Patrick Chaboud, fondateur du mythique Magic Land Théâtre, est inquiet. Son théâtre, qu’il a créé en 1976 puis installé dans cet ancien bâtiment industriel à Schaerbeek il y a 30 ans, doit partir. Il faut donc trouver un nouveau lieu, au risque de disparaître.

Son interview dans notre vidéo en tête de cet article.

Magic Land Théâtre - Patrick Chaboud, fondateur et directeur du théâtre © Jacques Duchateau
Patrick Chaboud, fondateur et directeur du Magic Land Théâtre. © Jacques Duchateau ©© Jacques Duchateau

Le Magic Land, c’est du théâtre populaire, c’est Malvira, c’est Geluck, à ses débuts. Un théâtre proche de son public. Et qui vit peut-être sa dernière saison.

Comble de l’ironie : “Nous étions propriétaires des lieux mais ne pouvant les entretenir, nous avons vendu à la Ville de Schaerbeek. La Ville qui désormais nous met dehors pour réhabiliter tout le pâté, avec ici une crèche et un lieu d’exposition dans les caves. ”

En 30 ans, le Magic Land n’a reçu aucun soutien de la Ville, et très peu de la FWB. “On s’est toujours débrouillés avec nos propres moyens. On fait du théâtre populaire, ce qui est du goût du public mais pas toujours des instances qui décident. ”

Magic Land Théâtre - Patrick Chaboud, fondateur et directeur du théâtre © Jacques Duchateau
Le Magic Land Théâtre occupe un bâtiment de 1000 m² à Schaerbeek. Mais pour le nouveau lieu, 500 à 600 m² pourraient suffire. © Jacques Duchateau ©© Jacques Duchateau

Bruxelles ou le BW

Patrick Chaboud cherche un lieu assez vaste pour, idéalement, y recréer un nouveau théâtre : “Une ferme, avec une grande grange et une habitation, ce serait l’idéal. On pourrait même créer un mini-festival en été, dans la cour. ” Au pire, un endroit pour y stocker les décors et costumes et répéter des spectacles qui se joueraient ailleurs. Mais ce serait un pis-aller.

Les idées ne manquent pas, mais ce genre de lieux n’est pas facile à trouver. Il y a eu une opportunité à Chaumont-Gistoux, une autre à Éghezée, mais qui n’ont pu se concrétiser. Mettant dès lors l’organisation de cette saison 2023 entre parenthèses.

“On a quelques dates prévues en février et cet été. En mars, on fera une soirée cabaret lors de laquelle on vendra une partie de nos costumes. ”

Le Magic Land, c’est une soixantaine de dates par an intra-muros, une cinquantaine dans d’autres salles, ainsi que le théâtre de rue. Une vingtaine de comédiens et techniciens croisent les doigts pour que ce nouvel endroit où ils pourront exprimer leur art puisse se trouver rapidement. Le contre-la-montre est lancé. Il reste une grosse année.

Magic Land Théâtre - Patrick Chaboud, fondateur et directeur du théâtre © Jacques Duchateau
Patrick Chaboud espère bien trouver rapidement un nouveau lieu de création. © Jacques Duchateau ©© Jacques Duchateau

Les plus consultés depuis 24h

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...