Salon de l’auto : le luxe se porte bien, merci pour lui (vidéo)

Les voitures de luxe ont encore de la place, au salon de l’auto de Bruxelles. Et elles font toujours recette.

Jacques Duchateau

Au salon de l’auto de Bruxelles, si le palais consacré aux voitures de prestige a malheureusement disparu, il reste quand même quelques-uns de ces bolides ou palaces roulants disséminés sur les différents plateaux d’exposition. C’est le cas dans le palais 11, occupé par l’importateur D’Ieteren. À côté de la Microlino ou des VW et Seat, on trouve certaines marques, connues ou moins connues du grand public, et qui font toujours autant rêver : Porsche, Bentley, Lamborghini, Bugatti ou encore une impressionnante Rimac Nevera.

Cette étonnante hypercar d’un beau bleu est un condensé de technologie. 100 % électrique, elle offre par moins de 2000 ch. Équipée d’une multitude de caméras, elle permet aussi la conduite autonome sur circuit. On se demanderait bien à quoi peut servir une voiture qui tourne en rond toute seule, mais pour Éric Cortois, représentant du département luxe de l’importateur bruxellois, cette technologie permettrait au pilote de peaufiner ses trajectoires, de perfectionner sa conduite, en apprenant et recopiant ce que la voiture fera toute seule avec lui à son bord. Cela peut paraître un peu tiré par les cheveux.

Cette marque croate est surtout un fournisseur de technologies de pointe pour un tas d’autres marques. Là se situe tout son intérêt et sa pertinence. Parce qu’à 2 millions d’euros l’exemplaire de la Nevera, les acheteurs ne doivent par être nombreux. Elle sera produite à 150 unités, dont une cinquantaine serait déjà écoulée dans le monde.

D’Ieteren représente, avec ses diverses marques, 48 % du marché du luxe en Belgique. Un marché de plus en plus électrifié (pour mieux faire passer la pilule des voitures sur polluantes, sans doute). Porsche proposera bientôt la totalité de sa gamme en électrique. Tout comme Bentley, qui présente déjà une voiture hybride (avec une autonomie électrique de… 60 km ! ). D’autres marques de prestige n’ont pas encore passé ce cap ou hésitent à le faire. Nul doute qu’elles devront de toute façon toutes s’y résoudre, un jour ou l’autre. Même si l’on parle encore d’une “exception Ferrari” qui permettrait à la marque transalpine de continuer à polluer allègrement. Ce serait, en tout cas, un curieux message adressé à l’ensemble de ceux qui font l’effort de renoncer aux carburants fossiles.

Salon de l'auto de Bruxelles 2023
La Rimac Nevera, un condensé de technologie 100% électrique. © Jacques Duchateau ©Jacques Duchateau

Pour qui ?

Le luxe se porte donc bien, merci pour lui. Lorsque l’on sait que 1 % des plus riches du pays se partage 25 % des richesses (soit autant que 70 % de la population), on se dit qu’effectivement, les marques élitistes n’ont pas de mouron à se faire.

Outre le palais 11, vous pourrez également découvrir quelques autres voitures prestigieuses dans les différents palais de ce 100e salon de l’auto. Mais il faudra les chercher un peu plus que les années précédentes.

Notre reportage vidéo en tête de cet article.

Les plus consultés depuis 24h

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...