Wimbledon: Nick Kyrgios bat Stefanos Tsitsipas dans un match aussi tendu qu’intense

Le duel bouillant entre Stefanos Tsitsipas (ATP 5/N.4) et Nick Kyrgios (ATP 40) au 3e tour de Wimbledon a tourné en faveur du fantasque et talentueux joueur australien. Mené d’un set, Kyrgios s’est imposé 6-7 (7/2), 6-4, 6-3, 7-6 (9/7) après 3h16 de jeu samedi.

Belga
Wimbledon: Nick Kyrgios bat Stefanos Tsitsipas dans un match aussi tendu qu’intense
©Photo News

Le match aura été d’une rare intensité dans les échanges, qu’ils soient de balles ou de mots. Kyrgios, dont le père est Grec, a notamment demandé à ce que son adversaire soit disqualifié pour avoir lancé une balle dans le public après la perte du 2e set. L’Australien a demandé l’intervention du superviseur mais sa demande n’a pas été entendue.

Dans la foulée, Tsitsipas a notamment envoyé un retour de service à la cuillère de Kyrgios dans les tribunes, et reçu un point de pénalité, puis a visé l’Australien sur un smash et sur un coup droit au filet, le tout sous les sifflets du N.1 Court.

Très attendue après un match électrique, la poignée entre les deux hommes à l’issue de la partie s’est avérée glaciale.

Kyrgios, quart-de-finaliste en 2014 pour sa première au All England Club, défiera Brandon Nakashima (ATP 56) en huitièmes de finale. L’Américain de 20 ans, qui n’avait jamais atteint ce stade de la compétition en Grand Chelem, a battu le Colombien Daniel Galan (ATP 109) en trois sets (6-4, 6-4, 6-1).

«Je n’aime pas ces gens-là»

La tension s’est aussi poursuivie en après-match. Devant la presse, les deux joueurs ont continué à s’écharper. "C’est de l’intimidation constante. Il intimide ses adversaires. Il était probablement comme ça à l’école déjà. Je n’aime pas ces gens là. Il y a un côté diabolique en lui", a lâché Stefanos Tsitsipas en conférence de presse. "Il martyrise ses adversaires. Il était probablement lui-même une brute à l’école. Je n’aime pas les brutes", a ajouté Tsitsipas.