Les Tchèques pour une première

En l’absence de Rafaël Nadal, qui reprendra l’entraînement la semaine prochaine, la finale de la Coupe Davis, entre la République tchèque et l’Espagne, dès cet après-midi 16 h, s’annonce plus ouverte que jamais sur la surface dure de l’arène de Prague qui peut accueillir 14 000 spectateurs. Les Espagnols sont tenants du titre, ils ont même gagné quatre fois le trophée en cinq ans. En revanche, si les Tchèques s’imposaient il s’agirait d’une première.

C'est Radek Stepanek, 37e mondial, qui ouvrira le bal face à David Ferrer, 5e à l'ATP, qui finit la saison en boulet de canon. «Ne tirez pas trop de conclusion du classement, cela ne veut rien dire en Coupe davis, mes matches contre lui ont toujours été serrés», a prévenu l'Espagnol. Lors de la finale de 2009, perdue par les Tchèques 5-0 sur la terre battue de Barcelone, Ferrer ne l'avait emporté que 8-6 au 5e set. Mais depuis l'eau a coulé sous les ponts, et Stepanek doit aussi porter ses bientôt 34 ans. «Il est important qu'il dispute le premier match ce vendredi. Il aura ainsi plus de temps pour récupérer avant le double», a indiqué son capitaine Jaroslav Navratil, tout portant à croire en effet que, côté tchèque, le double sera également disputé samedi par Stepanek et Berdich. Ce dernier, 6e mondial, qui affrontera Almagro (ATP 11) aujourd'hui en deuxième match, a déjà indiqué que cette finale représentait «jusqu'ici le plus grand moment» de sa carrière.