WRC Portugal ES8: Evans consolide, Neuville perd 1′30 et retombe 7e

Encore un souci de fiabilité pour la Hyundai du Belge, furax!

Olivier De Wilde

Dernière vraie spéciale du jour avant la show de ce soir sur la piste de rallycross de Lousada, Mortagua et son unique passage ont encore fait des dégâts au sein d’un peloton décimé: on a ainsi assisté aux sorties des « Fordistes » Craig Breen et Pierre-Louis Loubet, ce dernier perdant l’opportunité de finir la journée sur le podium. Mais surtout Thierry Neuville y a perdu près d’une minute et demi et tout espoir de succès dimanche.

"P...," s'est exclamé notre compatriote, furax au moment de franchir la ligne d'arrivée avant une aile avant gauche froissée mais surtout des problèmes de transmission à l'avant. "Regardez," fulminait-il au point stop en sortant son portable pour montrer une photo de sa Hyundai. "J'ai perdu une roue sur la liaison. J'ai dû la refixer, mais maintenant j'ai été victime d'un problème de cardan..."

De la deuxième, Thierry chutait à la 7ème place à 1.32.0 du leader Elfyn Evans qui devra surveiller demain le retour de son équipier Kalle Rovanpera, bien moins avantagé que lui par sa position de départ et pourtant pointant à seulement 10.7 grâce notamment à un deuxième meilleur temps successif ici. De quoi en faire notre favori pour le week-end.

Par éliminations et suite aux différents aléas, Dani Sordo, dernier à s'élancer ce matin, montait sur la troisième marche provisoire du podium sur la meilleure des Hyundai, 6.3 devant la troisième Toyota de Takamoto Katsuta. Gus Greensmith complète le Top 5 à 56.9 du leader 11.5 devant Loubet Jr regrettant sa bévue lui coûtant une vingtaine de secondes et trois places.

Le départ de la dernière spéciale sera donné à 20h03.

ES7: Scratch pour Rovanpera, abandon pour Ogier, Tanak en sursis

Dans la lignée de la précédente, la septième spéciale a vu les crevaisons encore se multiplier. Un pneu à plat synonyme d'abandon pour l'octuple champion du monde Seb Ogier qui n'avait emmené avec lui qu'une roue de réserve. Cela risque d'être pareil pour Ott Tanak qui tentait de leur fort le pied et continuait à rouler sur un pneu arrière dégonflé. Gus Greensmith lui a déjanté à l'arrière. "Explication? Les spéciales sont cassantes et on roule en Pirelli," pestait le quintuple vainqueur de l'épreuve avant de devoir jeter le gant. Exit donc les deux légendes qui n'auront pas été loin.

En tête, Kalle Rovanpera, premier sur la route, signe le meilleur temps. Le Finlandais revient à 7.1 de Thierry Neuville lequel accuse 7 autres secondes de retard sur le leader gallois Elfyn Evans. Victime d'un souci au niveau de son système hybride, Craig Breen perd une douzaine de secondes et chute au 8e rang à 55.9. Dani Sordo, lui par contre, remonte en cinquième positon, à 1.2 de Pierre-Louis Loubet, premier pilote Ford.

ES6: Evans porte son avance à 5.8 sur Neuville, crevaisons pour Tanak, Ogier et Breen

La deuxième passage dans Gois a viré au cauchemar pour plusieurs pilotes victimes de crevaisons. Cela a été le cas pour les deux anciens champions et équipiers Ott Tanak et Seb Ogier, tous deux contrants de changer une roue en spéciale ce que l'Estonien a fait une vingtaine de secondes plus rapidement que l'octuple champion. Le pilote Hyundai perd 1'39.4 et le champion en titre 1.58.7

Roue avant gauche déjantée aussi pour Craig Breen qui n'a toutefois pas dû changer, l'Irlandais perdant une trentaine de secondes. Enfin Takamoto Katsuta a laissé une bonne vingtaine de secondes dans un tête-à-queue, tandis que sans roue de réserve après sa crevaison de la spéciale précédente, Adrien Fourmaux a abandonné 41 secondes.

"C'est la spéciale la plus cassante jamais parcourue dans ma carrière," résumait Gus Greensmith.

Pierre-Louis Loubet signe un magnifique deuxième chrono à 2.8 du scratch et se propulse du 10ème au 4ème rang à 25.8 de la première place.

Au classement général, la situation semble s'être bien décantée et l'on se dirige vers un nouveau duel entre Elfyn Evans, à nouveau leader avec 5.8 d'avance sur Thierry Neuville évitant jusqu'ici les embuches. Premier sur la route, le leader du championnat Kalle Rovanpera est actuellement troisième à 18.7, juste devant les Puma de Pierre-Louis Loubet et de Gus Greensmith 5ème à 29.2 . Ott Tanak a rétrogradé au dixième rang à 1.53.9, tandis que Sébastien Ogier pointe au 11e rang à 2.07.2

ES5: Loeb tape et abandonne, Ogier signe le scratch, Evans reprend la tête 2.1 devant Neuville

Coup de théâtre au départ de cette deuxième boucle. Alors qu'il venait de prendre la tête de l'épreuve, Sébastien Loeb doit jeter le gant après avoir tapé un mur de l'arrière dès le tout premier virage. Casse mécanique ou grossière erreur (on voit sur les images la Puma tirer subitement à droite), on attend l'explication du nonuple champion du monde forcément très déçu.

Une légende qui pleure et l'autre qui rit avec le premier scratch sur cette épreuve de l'octuple champion du monde Sébastien Ogier six dixièmes devant la Ford de Pierre-louis Loubet et sept plus vite que la Hyundai de Thierry Neuville gérant très bien sa deuxième position sur la route. Au classement absolu, notre compatriote remonte au 2ème rang désormais à 2.1 de la Toyota d'Elfyn Evans reprenant les commandes. Seb Ogier, troisième, pointe à 4.8 du leader, tandis qu'Ott Tanak se plaignant toujours du comportement de sa Hyundai est 5ème à 10.8, neuf dixièmes derrière le leader du championnat Kalle Rovanpera maniant très bien le balai.

On note dans cette spéciale le décevant 11ème chrono de Dani Sordo à 8 secondes et la déception d'Adrien Fourmaux parti pour signer le scratch mais victime d'une roue avant gauche déjantée dans les derniers km ce qui lui fait perdre 7.7.

ES4. Seb Loeb signe le scratch et prend la tête, Neuville remonte sur le podium provisoire

Le choix et la gestion des pneumatiques auront été déterminants sur cette première boucle matinale. Parti avec deux pneus durs à l'avant dans l'ES4 d'Arganil, Sébastien Loeb, quatrième sur la route, signe le meilleur temps 2.8 devant Thierry Neuville et prend la tête du rallye! Incroyable performance encore du nonuple champion.

"La boucle s'est bien passée hormis des petits problèmes de poussière," racontait le pilote de la Ford Puma. "Dans l'ES2, Isabelle n'a pas réussi à fermer correctement sa fenêtre et il y a eu beaucoup de poussière dans l'auto. Je me serais plutôt cru au Dakar. Ensuite, au départ de l'ES4, je voulais tellement être certain que tout était bien fermé que j'ai raté la procédure de départ. J'ai oublié d'enclencher le boost du système hybride ce qui m'a coûté deux secondes je pense."

Mais pas le meilleur temps.

Au classement général, le dernier vainqueur du Monte-Carlo mène avec une demie seconde d'avance sur Elfyn Evans perdant une dizaine de secondes dans cette spéciale avec des gommes à la corde. C'est pareil pour Ott Tanak désormais quatrième au classement général à 5.7 du leader et 2.4 de son équipier belge tout à fait dans la cible pour ce début de rallye. "J'ai peut-être économisé un peu trop mes gommes dans l'ES3, mais au final il semble que cela ait payé," souriait le pilote Hyundai.

Le leader du Mondial Kalle Rovanpera est remonté au quatrième rang à égalité avec l'Estonien. Le Finlandais fait lui aussi un tout bon début de rallye compte tenu de son rôle de premier balayeur obligé de nettoyer la route pour ses poursuivants.

Petite déception Das le chef de Sébastien Ogier, seulement sixième à 6.7 alors qu'il s'élance 8ème. Craig Breen, septième à 11.8, se bat avec de la poussière à l'intérieur de l'habitacle de sa Puma et sur ses lunettes. Un problème semblant affecter quasi toutes les Ford. Pierre-Louis Loubet et Adrien Fourmaux, onzième et douzième au général sont les seuls à ne pas s'en plaindre.

La deuxième boucle débutera à 13h31

ES3: Et de deux pour Evans, Neuville chute au 8e rang

Cela doit certainement être un record du genre. A l'issue de la spéciale de Fois de 19,3 km, les sept premiers sont groupés en sept dixièmes de seconde avec le meilleur temps à mettre à l'actif à nouveau d'Elfyn Evans (Toyota), un dixième devant la Hyundai d'Ott Tanak. Suivent à deux dixièmes les autres Yaris de Takamoto Katsuta et Kalle Rovanpera, à trois la première des Puma de Craig Breen, à six dixièmes Dani Sordo (Hyundai) et à sept ce diable de Sébastien Loeb le visage recouvert de poussière après que sa copilote n'ait pu refermer complètement sa fenêtre au départ.

"Il y a trop de poussière entrant dans notre voiture," se plaignait aussi Gus Greensmith pendant une dizaine de secondes. "J'ai malheureusement raté un carrefour," regrettait pour sa part son équipier Pierre-Louis Loubet, 11ème à 13.4 toujours devant un Fourmaux semblant paralysé.

Sébastien Ogier signe le 8ème chrono à 1.8 et Thierry Neuville le 9ème à 5.1/ "C'était plus cassant que prévu," constatait notre compatriote chutant au 8ème rang au classement général à 10.6 d'Evans qui compte cinq secondes d'avance sur Ott Tanak deuxième et 8.2 sur Sébastien Ogier au 3ème rang. Les écarts restent très serrés donc avant la dernière spéciale de la boucle où "il faudra survivre avec les pneus qu'il nous reste," annonce Thierry Neuville.

ES2: Elfyn Evans frappe fort et prend la tête, Neuville 4e au général Très attendue, la première spéciale sur terre de la saison 2022 a rendu son verdict du côté de Lousa. Et c'est Elfyn Evans, neuvième sur la route, qui a signé le scratch et pris la tête du Rallye du Portugal. Le Gallois a signé un impressionnant 8.58.9 repoussant son plus proche poursuivant, l'étonnant Gus Greensmith (Ford Puma) à 6.1. Troisième chrono pour Pierre-Louis Loubet sur une autre Puma à 7.5 trois dixièmes devant Sébastien Ogier (Yaris). Comme convenu la position sur la route a une influence sur les temps, les pilotes s'élançant pourtant de quatre en quatre minutes se plaignant du manque de visibilité la poussière ayant du mal à retomber en forêts.

Deuxième sur la route, Thierry Neuville signe un relativement bon 7ème temps à 9 secondes d'Evans, mais seulement 2.9 du 2ème. Notre compatriote chute à la quatrième place du classement à 5.5 d'Evans. Greemsith 2ème à 4.4 et Ott Tanak troisième à 4.9

Huitième chrono pour Sébastien Loeb à 9.5, devant les Toyota de Katsuta et du leader du Mondial Kalle Rovanpera obligé de balayer. Craig Green est onzième et avant dernier des WRC juste devant son équipier Adrien Fourmaux, sous pression et qui doit reprendre la confiance et ses marques.