Dakar: Willemsen 9e en camions malgré du temps perdu en navigation, Van der Vaet 11e

Malgré quelques problèmes, les Belges engagés en camions ont bouclé de manière positive la première étape du 44e rallye-raid Dakar, dimanche à Ha’il en Arabie saoudite.

Dakar: Willemsen 9e en camions malgré du temps perdu en navigation, Van der Vaet 11e

Peter Willemsen, associé à Martin Van Den Brink et Stefan Slootjes (Iveco), a connu une crevaison et cherché un point de passage pendant un long moment mais a terminé neuvième. Jan Van der Vaet, le co-pilote belge de Pascal De Baar et Stefaan Slootjes (Renault), s’est classé onzième malgré une crevaison. Igor Bouwens n’avait pas une très bonne position de départ avec Ulrich Boerboom et Wade Syndiely (Iveco). Il a donc dû doubler de nombreux participants plus lents. Il a tout de même réussi à finir seizième. Dave Ingels, Johannes Schotanus et Philip Rettig (MAN) ont fini au 23e rang.

"C’était une étape difficile avec beaucoup de sable et de dunes", a reconnu Willemsen. "Au début de l’étape, nous avons eu une crevaison et nous avons perdu environ dix minutes. La navigation était assez difficile. Nous avons dû chercher un point de passage deux fois. La première recherche s’est déroulée sans problème. Au kilomètre 268, presque tout le monde était en train de chercher. Mais qui cherche, trouve. Nous étions l’une des rares équipes à avoir trouvé le ‘waypoint’. Mais nous devons nous demander si cela en vaut la peine. Ceux qui ne l’ont pas trouvé n’ont eu que 15 minutes de pénalité. Peut-être que nous devrions le faire différemment la prochaine fois."

"L’étape était de 333 kilomètres avec plus de 100 kilomètres de dunes. C’était une étape splendide avec tout dedans", s’est confié Van der Vaet. "Des pistes de sable dur, des canyons, des dunes et beaucoup de navigation. Un peu après la mi-course, nous avons perdu du temps en crevant. Le pneu de l’arrière gauche a été rapidement remplacé. À la fin, nous avons réussi à rattraper du temps."

"Aujourd’hui, c’était amusant, quand on peut doubler autant", a expliqué Bouwens qui à la suite de problèmes lors du prologue s’était élancé de très loin. "Hélas, on perd beaucoup de temps. J’avais pensé arriver avant la nuit, mais ça n’a pas marché. Nous avons dû rouler pendant une heure et demie dans le noir. C’est plus dangereux et on pilote aussi plus lentement."

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.