"Je ne compte pas vendre l’Olympic"

Le boss de la Neuville n’ira pas plus loin avec le matricule 246. Patrick Rémy a décidé de quitter la présidence des Dogues au terme de la saison.

Jérémy Delforge
"Je ne compte pas vendre l’Olympic"
Les «Dogues» doivent trouver un nouveau président pour la saison prochaine. ©ÉdA – Frédéric de Laminne

C’était dans l’air et l’homme d’affaires l’a confirmé. Patrick Rémy ne sera plus le président de l’Olympic de Charleroi la saison prochaine. Il fait le point sur sa décision.

Est-ce en raison de la non-possibilité de monter en D1B?

Non, j’ai envie de prendre du temps pour ma famille. Je veux passer du temps avec ma femme, mon fils et ma fille. Je pense avoir fait assez dans le football. À bientôt 50 ans, j’ai le droit de vivre autre chose, même si je compte rester un supporter de l’Olympic.

Cette décision aurait-elle été la même si le club avait la possibilité de monter en D1B?

En D1B, je ne pense pas. Peut-être que j’aurais continué un peu plus…

Comment prévoyez-vous ce départ?

Au 30 juin, je compte céder ma place à un repreneur éventuel. Je ne vais pas vendre le club. Je le cède. Je vais laisser un Olympic sain financièrement, sans dette, avec une belle école des jeunes et une véritable structure pour l’équipe première.

Adem Sahin pourrait-il prendre la suite?

Il est trop tôt pour se prononcer. Mais c’est une possibilité. Je suppose que d’autres vont se positionner après cette annonce. C’est un beau club, avec une histoire et de nombreuses possibilités.

Quid du groupe?

Je vais assurer mes responsabilités jusqu’au terme de la saison. Je pense qu’on a un noyau formidable, avec des personnes compétentes comme Mohamed Dahmane et Xavier Robert. On va tout faire pour terminer dans le top 4. J’ai reçu de beaux messages de la part de certains joueurs. J’étais assez ému d’ailleurs, au moment de les lire.

Les supporters vont être déçus…

Certains vont l’être et d’autres comprendront. Je pense avoir réalisé du bon travail à l’Olympic qui est mon club de cœur. Mais je dois aussi penser à moi et ma famille. Je vais laisser un club qui fonctionne et avec de l’ambition.

Le matricule restera à Charleroi…

Il n’a jamais été question de le vendre ou de l’amener ailleurs, je peux rassurer tout le monde. L’Olympic est à Charleroi et il le restera. On étudie la possibilité d’avoir des subsides de la Région Wallonne pour rénover le stade. Il faudrait alors un investisseur extérieur pour prendre le reste à sa charge.