«Je ne me fixe aucune limite»

Encore en P3 il y a quatre ans, Jordan Bustin garde dans un coin de sa tête le milieu professionnel. Mais reste réaliste…

D.D.
«Je ne me fixe aucune limite»
Ici derrière Lukas Nmecha, Jordan Bustin rêve de D1A. ©Eda Éric Muller

En l'espace de quatre ans, presque jour pour jour, Jordan Bustin est passé d'un Harzé – RFC Liège B, rencontre de championnat P3B, à un 16e de finale de Coupe de Belgique contre le Sporting d'Anderlecht, champion de Belgique à 34 reprises. Une trajectoire folle que l'habitant de Vaux-et-Borset a encore du mal à réaliser. « Si on m'avait dit il y a deux ou trois ans que je serais titulaire à 22 ans en Nationale 1, je n'y aurais sans doute pas cru, avoue le fils de Nathalie et Philippe. Dans la vie, il y a des opportunités à ne pas manquer. Qui sait où je serais aujourd'hui si sous Marc Grosjean, Liège n'avait pas encaissé huit goals lors des deux premières rencontres de championnat?, se demande-t-il. Sans ces deux lourdes défaites contre Heist et Deinze, le coach de l'époque ne m'aurait peut-être pas donné ma chance.»