Sernane Segniagbeto, non conservé par Visé: «J’ai une revanche à prendre»

Laissé à quai par Visé qu’il comptait de toute façon quitter, le Hutois de 21 ans est plus ambitieux que jamais.

Anthony Rizzi
Sernane Segniagbeto, non conservé par Visé: «J’ai une revanche à prendre»
Le Hutois va rebondir, c’est sûr. ©Heymans

La fusée hutoise ne décollera plus de Visé. Sernane Segniagbeto et les Oies, c’est fini. Brutale, la décision est tombée comme un couperet ce mercredi matin, laissant le petit ailier hutois de 21 ans à quai en Nationale 1. Visétois depuis juillet 2019, l’ex feu follet de Waremme et de Solières devra donc se trouver un nouveau club en vue de 2021-2022. En Belgique? À l’étranger? Tout est possible même si le pote de Jonathan Legear et Maxime Busi sait ce qu’il veut. Confessions d’un joueur libre plus motivé que jamais.

Sernane Segniagbeto, Visé a fait savoir ce mercredi matin qu’il ne vous garderait pas en vue de la saison 2021-2022. Surpris? Déçu? Quel est votre état d’esprit?

Ni l’un, ni l’autre à vrai dire. Je n’ai pas été surpris car j’ai eu une discussion claire avec le coach à ce sujet il y a peu. Et José Riga a été clair avec moi: vu la crise, Visé a décidé de réduire son noyau. Ce que je peux comprendre. Comme j’ai été blessé (NDLR: il avait été touché à un ménisque en début de saison et avait dû être opéré) d’une part et d’autre part vu que les championnats ont été arrêtés, je n’ai jamais su défendre mes chances. Je suis déçu de ne pas avoir pu me montrer davantage. Mais voilà, c’est comme ça…

Comprenez-vous cette décision?

Je pourrais la commenter en long et en large mais je n’ai pas envie de le faire. Je préfère garder le positif en tête. Et partir la tête haute. Je peux juste vous dire que j’aurais aimé qu’on me donne plus ma chance et que si je l’avais reçue, cela aurait différent. Mais une fois encore, on ne saura plus changer le passé. C’est la vie.

Entre les lignes, on comprend que vous avez manqué de confiance afin de pouvoir prester à votre meilleur niveau, c’est ça?

Pas seulement vu cette blesure et la crise, mais oui. Sous Stéphane Huet, je pense avoir montré de belles choses et que j’avais le niveau. Mais une fois qu’il est parti, j’ai eu moins voix au chapitre même si mes stats ne sont pas mauvaises. J’avais notamment sorti une belle préparation et notamment un but sur coup franc face à Tongres.

Quel avenir vous attend, vous pensez?

Je ne suis pas inquiet, croyez-moi. Je vais rebondir et faire mal. Je ne veux manquer de respect à personne, loin de là même mais je compte bien rester professionnel et continuer à vivre du foot. Je n’ai pas fait une croix du tout sur le top niveau. Je suis ouvert à n’importe quel challenge de D1, D2 ou D3 qui s’offrira à moi, en Belgique ou à l’étranger d’ailleurs.

D’aucuns vous envoient en D2 ou en D3 ACFF à Hamoir, Stockay ou Solières. Sera-ce des pistes?

(ton direct) Non, pas du tout. Mon objectif n’est pas là. Encore une fois sans manquer de respect à ces clubs où j’ai beaucoup appris. Certains de ceux que vous citez m’ont contacté comme Rochefort, oui. Mais je veux continuer de grandir. Et puis, je suis plus motivé que jamais. Ce départ me donne encore plus la rage même si de moi-même, j’aurais de toute façon décidé de quitter Visé pour un autre challenge. Je veux jouer et avancer. Il est temps à mon âge. Et dans cette optique, l’argent n’est pas du tout mon moteur.

L’Italie, où évolue votre ami Maxime Busi, arrière droit de Parme en Série A, est-elle une option?

(rires) Tout est possible mais si votre question est de savoir s’il va m’aider, sachez que je n’ai pas encore eu l’occasion de lui parler. Mais je répète: je vais me débrouiller et rebondir. Je veux juste trouver un club où je puisse m’épanouir et être vu à ma juste valeur. C’est d’ailleurs mon seul et unique souhait pour 2021-2022.