”Je n’oublierai jamais” : Amadou Onana revient sur une première année contrastée à Everton

Amadou Onana s’est montré fier de son parcours. Le colosse se montre aussi ambitieux avec les Diables rouges.

Gilles Joinau
Les Belges à l'étranger - Everton et Onana restent aux portes de la relégation, Fulham et Crystal Palace partagent
Everton et Amadou Onana sont maintenus en Premier League ! ©BELGA

Si la saison d’Amadou Onana a été mitigée, c’est uniquement d’un point de vue collectif. Parce qu’individuellement, il est difficile de lui reprocher quoi que ce soit. D’autant plus que cette première année en Premier League s’est bien terminée. Et que le Diable rouge a été décisif en offrant le ballon de but à Abdoulaye Doucouré pour le maintien. Un grand moment dans la carrière du joueur.

”C’était exceptionnel”, a-t-il expliqué pour le journal L’Equipe. “Il y avait beaucoup de pression, de stress et de fatigue, compte tenu de l’enjeu. Le club n’a jamais été relégué en Championship. Il est l’un des membres fondateurs de la Premier League.” Everton n’est pas passé loin de la correctionnelle. Pendant 45 minutes, les Toffees étaient même relégués dans l’antichambre de la Premier League avec le résultat de Leicester. “Il fallait gérer beaucoup d’émotions tout en restant concentrés pour tenter de marquer en 45 minutes. Je n’ai jamais autant couru. C’était le match de la survie de ce très grand club. Je suis content qu’on ait fait le travail.”

Durant toute la saison, le colosse a fait le job. Parfois à un poste inhabituel pour lui. Posté en tant que sentinelle à ses débuts, l'ex-cappitaine des Diablotins a été replacé. En effet, Frank Lampard puis Sean Dyche l’ont fait jouer un cran plus haut afin de miser sur son physique de golgoth. “J’arrive à Everton avec un nouveau rôle et un nouveau coach (Frank Lampard) qui me pense capable d’apporter le danger dans la surface adverse avec mes qualités techniques et athlétiques. J’ai joué plus haut que je ne l’ai fait auparavant. Ça a été bénéfique. Je me suis montré dans des facettes différentes. Et puis un nouveau coach arrive (Sean Dyche, fin janvier 2023). Il veut que je joue encore plus haut. Il me demande encore plus de courses dans la surface. J’en ressors plus grand que je ne l’étais.” Au point de se retrouver juste derrière l’attaquant ! Preuve, aussi, que le joueur qui a été refoulé de Zulte Waregem peut s’adapter à toutes les situations.

Fier de son parcours, il admet avoir quitté Lille un peu rapidement. Tout en étant fier d’avoir “passé un cap” dans un championnat qui “va plus vite que la L1”. Un parcours qui lui a ouvert grand les portes des Diables rouges.

Un rôle différent avec les Diables

S’il a pris une nouvelle dimension sur les bords de la Mersey, il a suivi le pas avec l’équipe nationale. Suspendu lors du match décisif contre la Croatie, Amadou Onana doit encore apprendre à canaliser son énergie. Car son impact physique a clairement manqué aux Diables rouges. “Mon seul regret est de ne pas avoir pu aider l’équipe. Ça fait partie de mon processus d’apprentissage. Ça va me servir de leçon. C’était mon premier grand tournoi”, revient-il pour nos confrères.

Martinez l’a propulsé titulaire en tant que numéro huit avec la Belgique. Domenico Tedesco semble vouloir lui donner les clés devant la défense. Pour le Bruxellois, l’entraîneur allemand a toutes les qualités pour réussir avec cette nouvelle génération. “On a trouvé le coach parfait pour un renouveau”, assure le milieu. “Avec un groupe aussi jeune, il faut avoir une certaine communication. Il est assez psychologue. Ça va prendre un peu de temps à trouver les automatismes. Nos deux premiers matches (3-0 en Suède, 3-2 en Allemagne fin mars) ont été fructueux. On a la bonne mentalité.”

Amadou Onana est un peu le porte-drapeau de cette nouvelle génération. Son objectif est clair : remporter des trophées. Mais pas question pour lui d’enterrer ceux qui ont fait le succès de la génération dorée. “On peut aller très loin avec cette colonne vertébrale : le meilleur gardien du monde, Thibaut Courtois, le meilleur meneur de jeu, Kevin De Bruyne. Axel Witsel m’a énormément appris. Il m’a pris par la main. Aujourd’hui, on a un bon mix entre l’expérience et des jeunes qui ont faim.”

Avec ses bonnes performances en club comme en sélection, un départ est déjà évoqué pour le numéro 8 d’Everton. Arrivé pour 35 millions d’euros en provenance du LOSC cet été, il pourrait rapporter jusqu’à 60 millions selon plusieurs médias anglais ! Arsenal s’était déjà positionné cet hiver. Tandis que Newcastle et Manchester United vont chercher à se renforcer pour la Ligue des champions l’an prochain. Une chose semble acquise : il va rester dans une Premier League qui lui colle déjà à la peau.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...