Thierry Henry n'a pas soumis son CV chez les Diables rouges: "Je n'ai pas proposé mes services à la fédération belge"

Thierry Henry a affirmé mardi ne pas avoir envoyé sa candidature pour devenir sélectionneur de l'équipe nationale belge de football en remplacement de Roberto Martinez.

La Rédaction (avec Belga)
 Plusieurs joueurs, dont Lukaku, sont pour la nomination de Thierry Henry.
Plusieurs joueurs, dont Lukaku, sont pour la nomination de Thierry Henry. ©BELGA 

Dans les médias belges, l'entraîneur adjoint de l'équipe nationale, Thierry Henry, a été présenté comme un candidat possible. Romelu Lukaku, Toby Alderweireld et Loïs Openda voient déjà en lui le successeur idéal. Cependant, Henry dit qu'il n'a pas envoyé de CV. "Je tiens à préciser que je n'ai jamais contacté la Fédération belge de football pour proposer mes services en tant qu'entraîneur national, contrairement à ce qui a été écrit dans des articles", a avoué Henry à Sky Sports mardi. "Il est important que la vérité soit dite."

Succession à la tête des Diables rouges: c’est le dernier jour de l’appel à candidatures

Le groupe de travail, qui comprend, outre le CEO de KBVB Peter Bossaert, les directeurs Sven Jaecques (Anvers) et Pierre Locht (Standard), ainsi que l'ancien vice-président Bart Verhaeghe (Club Brugge), entame actuellement le processus de sélection et, selon les médias, se réunirait dès vendredi pour étudier les candidats. Dans un scénario idéal, le nouvel entraîneur national sera présenté avant la fin de ce mois. Le baptême du feu pour lui suit déjà à la fin du mois de mars, lors de la première journée de match dans le groupe F des éliminatoires de l'Euro 2024 en Allemagne. Avec un déplacement en Suède, les Diables sont immédiatement confrontés à leur mission la plus difficile dans ces éliminatoires, dont les autres adversaires sont l'Autriche, l'Azerbaïdjan et l'Estonie. Les deux premiers sont directement qualifiés pour l'Allemagne qui, en tant qu'organisateur, est automatiquement qualifiée. Pour les trois places restantes à l'Euro, elles se joueront via des barrages dans la Ligue des Nations.

Quel coach pour les Diables rouges ? “On a les moyens pour attirer un très bon candidat”, promet Pierre Locht

Pour l'instant, il s'agit encore de voir qui succédera à Roberto Martinez. L'Espagnol a annoncé ses adieux lors de la conférence de presse qui a suivi l'élimination précoce de la Coupe du monde en phase de groupes, les larmes aux yeux, après un mandat de six ans et demi. En attendant, Martinez est déjà au travail avec le Portugal, où il a signé un contrat jusqu'après la Coupe du monde 2026. Un défi difficile à relever, car il y est le successeur de l'entraîneur à succès Fernando Santos et doit immédiatement faire face au problème de Cristiano Ronaldo. CR7 a perdu sa place de titulaire au Qatar et a quitté le tournoi par la porte arrière en larmes. Pendant ce temps, il gagne sa vie en Arabie saoudite, dans un championnat qui n'est pas exactement le plus relevé du monde.

Mais la Belgique a également connu des heures de gloire, le point culminant absolu étant la troisième place à la Coupe du monde 2018 en Russie, le meilleur résultat de l'histoire du football belge. En outre, les Diables Rouges ont occupé la première place du classement de la FIFA pendant de nombreuses années. Le successeur de Martinez doit donc lui aussi relever un défi de taille. Les médias belges ont également évoqué les noms d'Hervé Renard et d'Andrea Pirlo. Par ailleurs, un nouveau directeur technique est également recherché, Martinez ayant cumulé les deux rôles.

Sports

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...