Ça a clashé entre Toby Alderweireld et Kevin De Bruyne lors de Belgique-Canada  : “On n’est pas des enfants de chœur”

L’altercation entre De Bruyne et Alderweireld a marqué les esprits en première mi-temps.

Maxime Jacques, envoyé spécial au Qatar
Belgium's head coach Roberto Martinez, second from right, talks with his players Toby Alderweireld, left, and Kevin De Bruyne during the World Cup group F soccer match between Belgium and Canada, at the Ahmad Bin Ali Stadium in Doha, Qatar, Wednesday, Nov. 23, 2022. (AP Photo/Martin Meissner)
Toby Alderweireld et Kevin De Bruyne se sont expliqués. ©Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

C’est une des images de la soirée. Alors que Michy Batshuayi dansait pour célébrer son ouverture du score, Kevin De Bruyne et Toby Alderweireld se sont tous les deux dirigés vers Roberto Martinez pour corriger les (nombreuses) choses qui n’allaient pas lors de la première mi-temps cauchemardesque vécue dans le jeu, par la Belgique.

Les deux hommes ont eu une altercation assez vive. On peut même parler d’une engueulade, à laquelle Martinez a assisté. Le sélectionneur national a tenté de calmer les esprits et, heureusement, la mi-temps est arrivée quelques minutes plus tard pour remettre pas mal de choses en place (et effectuer notamment deux changements).

Courtois homme du match, quatre joueurs en échec : les notes des Diables après la victoire contre le Canada

”Kevin était fâché car il avait des difficultés à recevoir le ballon dans les bons espaces. Globalement, on avait beaucoup de mal à trouver l’homme libre”, expliquait Timothy Castagne en après-match. “Il y a des matchs où c’est plus difficile et il faut rester ensemble pour aller chercher la victoire au mental.” Ce que les Diables ont fait.

En zone mixte, De Bruyne et Alderweired sont revenus sur l’incident. “Ce sont des histoires de football, a expliqué le premier. Il y avait de l’espace et on ne l’utilisait pas. Parfois, on a peur et je ne sais pas pourquoi. Je trouve qu’on cherchait trop les longs ballons mais c’est le genre de choses qui arrivent…”

Alderweireld était du même avis. “Le foot, ce sont des émotions. On avait une différence d’opinions. Les trois fois où nous avons été dangereux en première période, c’est sur des longs ballons. Nous sommes des hommes, pas des enfants de chœur, et on se dit les choses. Ce n’est pas un petit match de foot mais le Mondial. Ce la montre qu’on est impliqués et ce n’est pas grave. Tout est allé très vite. On a déjà tourné le bouton, c’est du passé.”

Roberto Martinez, lui, dédramatisait. “On sait qu’on a des joueurs qui aiment jouer entre les lignes quand ils sont à leur meilleur niveau. Il ne faut pas y voir autre chose qu’une envie de gagner. On n’a pas bien joué et Kevin a montré sa frustration, c’est une situation normale. On analysera tout dans les prochains jours.” Afin d’éviter que ce genre de première période ne se reproduise.

COUPE DU MONDE