Licence: les Zèbres se disent confiants

Alors qu’on parle deplus en plus d’undépart d’Abbas Bayaten fin de saison, lesCarolos ont pris uncoup sur la cafetière.

Manu salvé
Licence: les Zèbres se disent confiants
coqu charleroi ©EdA

Vendredi, il ne se trouvait pas un Zèbre pour contester un verdict finalement flatteur pour eux compte tenu de leur amorphie face à Visé. «On ne méritait sans doute même pas un point », assenait Coqu alors que Dzinic évoquait « un bon résultat» en ajoutant : «on ne peut pas tenir le zéro derrière à chaque match ».

C’était en effet la première fois que Charleroi concédait un but en cinq rencontres sous van Wijk. Conjugué aux partages signés par Eupen et Ostende, il est vrai que ce nul faisant suite à six succès de rang mène encore un peu plus le Sporting vers le titre, même s’il ne lui sera mathématiquement pas possible de le décrocher demain au Brussels.

L’essentiel était cependant ailleurs vendredi avec cette licence refusée au matricule 22 pour quelque chose se situant finalement entre 6.000 et 8.000 €, soit le total des salaires fixes de juin dernier du trio Cahalon-Hatem-Baglio. Aucun n’a réclamé son dû (ce n’était d’ailleurs pas nécessaire pour activer le couperet fédéral) mais Abbas Bayat ne possède pas les abandons de créances qui lui avaient été promis à l’époque…

Alors qu’on évoque de plus en plus son possible départ en fin de saison (un pré-accord existerait avec un groupe étranger… en cas de montée !), le président zébré n’a évidemment pas intérêt à prendre des risques en la matière mais on sait qu’il n’est pas à un conflit juridique près, quelles qu’en soient les conséquences !

En attendant, chemin faisant vers Visé, les Zèbres ont dû encaisser la nouvelle. « Inévitablement, cette annonce en a perturbé certains », expliquait Milicevic. « Les joueurs étaient très déçus. Ils n'ont pas arrêté d'en parler », confiait un van Wijk se disant « confiant pour la suite. » C'était au reste le leitmotiv général au sein du noyau comme du staff… Coqu : « On l'a pris à la rigolade et compte tenu des ambitions et du discours du président, on n'imagine pas qu'il ne soit pas sûr de son coup.» Notaro : « Nous avons immédiatement rassuré les joueurs tout en insistant sur le fait qu'il ne s'agit pas d'une décision définitive. Personne n'envisage une issue négative. Le club a le temps nécessaire pour s'en sortir.» ¦