Karel Geraerts après le succès de l’Union face à l’Antwerp : “Honnêtement, je ne regarde pas ce que Genk fait”

Le T1 de l’Union Saint-Gilloise sait que son équipe a eu du mal dans le passé contre le Great Old.

Stéphane Lecaillon
BRUSSELS, BELGIUM - JANUARY 15 : Geraerts Karel head coach of Union St-Gilloise during the Jupiler Pro League match between Union Saint-Gilloise and R. Antwerp Fc at Joseph Marien stadium on January 15, 2023 in Brussels, BELGIUM, 15/01/2023 ( Photo by Sebastien Smets / Photonews
Geraerts a gagné son face-à-face avec Van Bommel. ©SES

”Je n’ai pas oublié qu’on avait perdu contre l’Antwerp une fois cette saison et deux fois la saison passée.” Karel Geraerts sait combien le succès de son Union Saint-Gilloise sur un candidat déclaré au titre de champion de Belgique est précieux. Pas seulement parce qu’il lui donne six points d’avance sur son rival pour la deuxième place. Mais parce qu’il s’agit d’une grande performance “contre une équipe qui a battu Genk 0-3 il y a quelques jours. C’est un des meilleurs clubs de Belgique, qui sortait d’une bonne série.”

Le T1 bruxellois n’est pas peu fier du match plein livré par ses hommes, mais n’en fait pas trop, fidèle à lui-même. “Cette victoire fait plaisir, mais sans plus non plus.” Même calme lorsqu’on l’interroge sur ce statut de seul poursuivant du leader. “Genk ? Honnêtement, je ne regarde pas le classement ni ce que fait Genk. Il faut croire en soi et continuer à jouer chaque match en tant que tel. Trois points par trois points, ça peut faire une grande différence. Nous ne sommes pas en position de prendre un match à la légère ; on les joue tous à fond. C’est l’état d’esprit que je veux transmettre à mes joueurs.”

Van Bommel : “Pas au niveau”

En face, pour son homologue anversois, c’est tout le contraire. “On ne peut pas gagner un match contre l’Union en n’étant pas au niveau individuellement et collectivement. L’Union gagnait les duels, était plus dedans et nous n’avons pas su pratiquer notre football.” Van Bommel n’a pas pu compter sur un banc qui a fait la différence, non plus. “Nous avons des blessés.” Et le cas Frey, mis de côté pour avoir mal réagi à son non-départ, n’a pas aidé. “Nous avons décidé qu’il ne jouerait pas ensemble”, a répondu le T1 néerlandais. “Une nouvelle semaine commence lundi.” Avec ou sans Frey. Mais avec six points de retard sur l’Union et treize sur Genk

Calendrier D1A

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...