Ronny Deila fataliste avant le début du mercato du Standard : “On n’a pas d’argent à dépenser, il faut le dire !”

En conférence de presse, ce mercredi, le coach des Rouches s’est lancé dans un véritable monologue pour expliquer qu’il ne fallait pas attendre de miracles du mercato de janvier.

Maxime Jacques
Standard's head coach Ronny Deila pictured during the weekly press conference of Belgian soccer team Standard de Liege, Wednesday 04 January 2023 in Liege, in preparation of this week's Jupiler Pro League game. BELGA PHOTO BRUNO FAHY
Deila est conscient des difficultés financières du Standard.

La Pro League, c’est reparti. L’année 2023 débute avec Standard – Saint-Trond, ce vendredi soir. Un match que le Standard jouera sans Dewaele, Ngoy ni Emond. Ce dernier a rechuté et sa tendinite au genou ne le lâche pas encore. “Mais on a essayé un nouveau traitement et il a senti une différence. Il pourrait être de retour dans un mois”, a expliqué Deila.

Le coach des Rouches a retrouvé de la confiance après le match amical à la Juventus (1-1), lors duquel le Standard a montré un beau visage. “On a été accueilli comme une équipe de Ligue des champions, on a fait un bon match et cela nous donne envie de tout faire pour atteindre l’Europe en fin de saison”.

Cela passe par une victoire dès ce vendredi… et par un mercato réussi. Mais sur ce point, le T1 rouche a été très, très clair : il ne faut pas s’attendre à des folies.

”Un entraîneur à toujours des souhaits. On suit des joueurs, dans l’objectif de se renforcer à court terme et à long terme. Mais il faut aussi être honnête : on n’a pas l’argent pour faire quelque chose de spécial, pour le moment. C’est important de le dire, pour le grand public et nos supporters. Le club a 20 millions de dettes et il doit les rembourser avant d’investir dans des joueurs. C’est notre réalité. On doit faire avec. Je n’en suis pas désolé mais tout le monde doit la comprendre. Aujourd’hui, notre boulot est de développer nos talents dans le but que l’équipe joue bien. Et une fois qu’ils sont développés, l’idée est de les vendre pour continuer à permettre au club de grandir. On n’a pas réussi à aller au bout de ce processus avec Raskin et Amallah, cela peut arriver. On doit se concentrer sur les autres et former nos talents plutôt que d’en louer ailleurs. On a été un des clubs les moins dépensiers l’été dernier et ce sera encore une fois le cas cet hiver. Pour qu’un joueur arrive, un autre doit partir. Mais vu la situation, si je pouvais choisir, je garderais l’équipe comme telle pour avoir de la régularité.”

Ce monologue a le mérite d’être clair : on ne verra pas le Standard dépenser beaucoup lors du marché hivernal.

Calendrier D1A

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...