Jonathan Heris: « La direction d'Eupen n’a pas parlé aux joueurs en fin de contrat quand elle devait le faire »

Les langues se délient chaque fois plus du côté d’Eupen, où la majeure partie du groupe, en fin de contrat, dénonce l’étrange immobilisme de la direction. Zulte-Waregem - AS Eupen : 3 - 0

D.L.
Jonathan Heris: « La direction d'Eupen n’a pas parlé aux joueurs en fin de contrat quand elle devait le faire »
Jonathan Heris dénonce l’immobilisme de la direction d’Eupen. ©BELGA

Arbitre: M. Put

Cartes jaunes: Boya, De Neve; Nurudeen.

Buts: Ciranni (1-0, 11e), Dompé (2-0, 60e), Vossen sur pen. (3-0, 82e).

ZULTE: Bossut, Pletinckx, Boya (46e Humphreys), De Bock, Ciranni, Doumbia (89e Christensen), Seck, De Neve (46e Cools), Gano (80e Kutesa), Vossen (Sissako 89e), Dompé.

EUPEN: Nurudeen, Heris (70e Konstantelias), Agbadou (82e Cools), Amat, Magnée, Jeggo, Lambert, Peeters, Alloh (59e N'Dri), Müsel 59e Déom), Nuhu.

"Le score ne reflète pas vraiment le contenu du match…" Ces propos sont ceux de Michael Valkanis, samedi soir après la (nouvelle) défaite d'Eupen chez sa bête noire : Zulte-Waregem. Il est clair que malgré l'absence de Prevljak (suspendu) et Ngoy (devenu papa), Eupen a tout de même su se créer un grand nombre d'occasions. Mais sans toutefois parvenir à les mettre au fond. Mention spéciale pour Nuhu (68e) et Déom (70e), qui auraient dû secouer les filets au vu des opportunités dont ils ont respectivement hérité.

En face, Zulte-Waregem a fait preuve d'une insolente efficacité, avec l'ex-Eupenois Jean-Luc Dompé dans tous les bons coups. Voilà pour le match.

Mais c'est en coulisses qu'Eupen tracasse. Le maintien n'est pas (encore) mathématique mais, sauf miracle serésien, les Pandas seront encore en D1A la saison prochaine. Avec quelle équipe? C'est la question qui alimente les conversations, à trois matches de la fin de la phase classique. Et avec vingt joueurs en fin de bail (voir l'Avenir du 8 mars), il y a de quoi s'inquiéter, comme nous l'a confirmé samedi soir l'un des nombreux concernés: Jonathan Heris.

"Il y a un peu de déception, de frustration et beaucoup d'interrogation au sein du groupe" dixit le défenseur eupenois, sans langue de bois. "On se donne à fond, on joue, on prend des risques car au fond, on n'arrive en fin de contrat… Mais rien ne bouge. Me concernant, en octobre, on devait convenir d'un rendez-vous pour évoquer la suite mais il n'a jamais eu lieu. Je sais que c'est pareil pour la plupart de mes équipiers en fin de contrat."

Jonathan Heris ajoutait aussi que la baisse de régime des Pandas, un temps leaders de Pro League, pourrait en partie s'expliquer par l'incertitude ambiante au Kehrweg. "C'est le problème d'Eupen...Ils ne veulent pas nous prolonger?Pas de souci. Mais alors il ne faut pas nous demander des exploits sur le terrain. D'ailleurs, c'est peut-être aussi ce qu'il nous a manqué. Au début du championnat, tout le monde était à 150% et après, quand il aurait fallu parler avec nous, ça n'a pas été fait. Il est normal qu'on finisse par se dire qu'on va freiner un peu. Mais on sait aussi qu'on a besoin de se montrer pour la suite de nos carrières, donc ce n'est pas la bonne solution…"

«Un impact psychologique»

Une chose est claire, ces nombreux points d'interrogations ont pesé dans le vestiaire eupenois, comme l'avait déjà affirmé Jens Cools. "Psychologiquement, ça se ressent. Surtout quand on est quinze dans le cas (NDLR: en plus des 5 prêts)."

Et Heris d'ajouter que le changement de coach a provoqué un électrochoc nécessaire. "Ce changement nous a fait réaliser qu'il fallait réagir et se donner au maximum jusqu'à la fin de saison. Et on fait des meilleurs matches pour le moment, ça se voit. Contre Zulte, on n'a pas marqué mais ce n'était pas un mauvais match" concluait le droitier de 31 ans, remplacé à la 70e. "On perd et on me remplace: ça ne fait jamais plaisir surtout quand tu te donnes à fond et que d'autres ne font pas leur travail (sic). Mais bon: espérons réagir au plus vite, dès samedi contre Malines et officialiser le maintien en D1 rapidement."