Laurent Depoitre feuillette l'album souvenir de ses matchs européens: "Marquer mon 10e but européen contre le PAOK, ce serait l'idéal"

En sa compagnie, nous avons feuilleté l’album souvenir des cinq campagnes européennes de Laurent Depoitre.

Stéphane Lecaillon
Laurent Depoitre feuillette l'album souvenir de ses matchs européens: "Marquer mon 10e but européen contre le PAOK, ce serait l'idéal"
À 33 ans, Laurent Depoitre ne le cache pas: il se sent bien à Gand. ©© Bernard Demoulin

Ce jeudi, Laurent Depoitre va disputer le 37e match d’une carrière européenne démarrée en septembre 2015 en Ligue des champions. Avec Gand, déjà. Il replonge dans ses souvenirs européens avec nous.

Gand 1-1 Lyon Ligue des champions 2015

«Et dire que 2 ans plus tôt, j’évoluais en D2»

"Ce premier match de notre campagne de C1 reste un grand souvenir. C’était inimaginable pour moi de me retrouver en Ligue des champions alors que deux saisons plus tôt, j’étais en D2 avec Ostende. C’était un sentiment très spécial."

Champion en 2015, Gand était tombé dans un groupe avec Valence, Lyon et un Zenit très ambitieux, à cette époque. "Il y avait d’abord un peu de déception de ne pas avoir tiré un grand nom. Puis, au fil du temps, on se rendait compte que ce groupe était à notre portée."

Après un succès à Lyon lors de la cinquième journée, Gand se qualifie en battant le Zenit chez lui. "Ce dernier match de groupe, contre le Zenit, reste mon meilleur souvenir : on valide la qualification pour les huitièmes et je marque… face à Nico (Lombaerts), d’ailleurs, qui est maintenant assistant, ici. On en a rigolé ensemble vu que c’est lui qui devait me tenir sur cette phase. C’est mon seul but de la campagne, mais il tombe au bon moment."

En huitièmes, les Buffalos tombent sur Wolfsburg. "Ce tirage était une déception. Parmi les huit adversaires potentiels, il y avait le Real, le Barça, le Bayern, la Juve… Premier papier qui sort de l’urne : Wolfsburg. Puis Gand! Pas de suspense, non, rien… Bon, si on s’était qualifié, on se serait dit que c’était un bon tirage, mais être éliminé par Wolfsburg, c’était frustrant."

Plus aucun club belge n’a atteint ce stade, depuis. "C’est sûr que le niveau a encore augmenté en Ligue des champions… et même en Europa League. Mais est-ce que c’est impossible pour un club belge de retourner en huitième de C1? Avec un peu de chance au tirage, comme nous, ça reste envisageable."

Porto1-1 Copenhague

Porto 1 – 1 Copenhague Ligue des champions 2016

«J’ai eu du mal à gérer la pression de Porto»

Sa première saison hors de Belgique, à Porto, n’est pas une réussite. Il joue peu, dont un seul bout de match en C1, le seul européen de sa carrière ailleurs qu’à Gand. "Je savais que j’allais retrouver la Ligue des champions à Porto. Mais c’était difficile de trouver ses marques dans un club comme celui-là, où il y a beaucoup de pression. On attend de vous que vous performiez directement et si ce n’est pas le cas, vous sentez la pression, ce que je n’avais pas encore vécu avant. Quand j’ai eu ma chance, ça n’a pas bien tourné et je n’ai pas été au niveau. J’ai perdu confiance. Mentalement, j’ai eu du mal à gérer tout ça, puisque c’était nouveau et je n’ai pas été à mon meilleur niveau."

Un choix qu’il ne renie pas pour autant. "Bien sûr qu’en sachant ce qui s’est passé, je ne le referais pas, mais il fallait essayer cela, à l’époque, et ça reste une belle expérience à l’étranger."

Wolfsburg 1-3 Gand Ligue Europa 2019

«Jonathan David, le plus gros potentiel que j’ai connu»

Gand retrouve Wolfsburg en Europa League en 2019 et les Buffalos déroulent. "On tient notre revanche en battant Wolfsburg chez lui et on termine premier de notre groupe. Puis on est sorti d’un rien par l’AS Rome en seizièmes. Je rate une belle occasion là-bas (1-0), puis on fait 1-1 au retour chez nous. Dans ces matchs à élimination directe, c’est l’efficacité qui prime. On sait qu’on n’aura pas dix occasions. Si on en a deux, il faut marquer, parce que la moindre erreur se paie cash, contrairement au championnat. On n’était pas moins bon que Rome, en tout cas."

L’attaque gantoise était composée du duo Depoitre-David, cette saison-là, 38 buts à eux deux. "C’est l’attaquant avec lequel j’ai joué qui avait le plus gros potentiel. J’ai vite vu qu’il avait les qualités pour aller dans un grand club. Sa maturité, son intelligence sur la pelouse, son calme, malgré son jeune âge… Je ne suis pas surpris que ça se passe bien pour lui à Lille et que de grands clubs soient dessus. On s’entendait très bien et c’était un plaisir de jouer avec lui."

Gand 2-1 Olexandria Ligue Europa 2019

Son dernier but européen, remonte à 2019: «Peu importe»

Cela fait un peu plus de deux ans, maintenant, que Depoitre n’a plus marqué sur la scène européenne. "Mais cette saison, j’ai fait de bons matchs et j’ai délivré trois assists."

L’attaquant tournaisien a de la mémoire lorsqu’on lui demande combien de buts il a inscrits en Coupes d’Europe : "Je vais essayer de trouver (il réfléchit). Mmmmh, neuf, je crois." Correct. "Ces derniers temps, je sens que je retrouve le chemin des filets un peu plus facilement. Donc j’espère marquer contre le PAOK. Ce serait le moment idéal… Mais je ne suis pas un attaquant qui ne fait que marquer. Je travaille beaucoup, je crée l’espace pour un Tarik Tissoudali qui a plus d’occasions que moi. C’est mon rôle depuis toujours : je ne suis pas l’attaquant qui attend dans le rectangle. J’aime participer au jeu, mettre la pression, créer des espaces pour les autres. Cette façon de jouer demande beaucoup d’efforts, mais je ne me sens pas spécialement plus fatigué qu’avant parce que j’ai 33 ans, donc c’est un rôle que je continue à remplir sans problème. Peut-être que ce sera plus difficile dans le futur…"

Ses deux buts inscrits contre le Club Bruges et Zulte la semaine passée confirment son retour en forme et lui ont permis de porter son total de roses en clubs à 100 et 101. "C’est un beau chiffre et j’espère en mettre encore quelques-uns d’ici la fin de carrière."

Sl. Liberec 1-0 Gand Ligue Europa 2020

«Une saison à oublier»

Six matchs de Europa League, six défaites lors d’un début de saison cauchemardesque qui a la peau de Thorup puis de De Decker. "Moi je n’ai pas joué cette campagne, à part 15 minutes contre Liberec. C’était une période instable dans le club, avec la valse des entraîneurs. On avait commencé avec Bölöni et l’atmosphère n’était pas bonne, alors qu’on avait quasiment les mêmes joueurs qu’avant. On ne se retrouvait pas dans sa tactique. On ne se sentait pas bien et ça se voyait sur le terrain. Tout tourne moins bien, dans ce cas-là et, inconsciemment, on fait peut-être moins d’efforts. Puis Wim De Decker est arrivé, mais sans trouver les automatismes. C’est une saison à oublier pour le club, même si Hein Vanhaezebrouck est revenu et qu’on s’est qualifié pour les playoffs 2… et qu’on a arraché ce ticket européen qui nous amène ici. À titre personnel, j’ai été blessé à plusieurs reprises, c’est aussi une année à oublier."

PAOK – Gand Ligue Conference 2022

«J’espère que la fatigue des 3 compétitions ne va pas nous pénaliser»

Place au PAOK, maintenant. Un adversaire qui n’est pas insurmontable, sur papier pour un Gand en bonne forme. "Je ne les connais pas encore bien, mais ils sont deuxièmes du championnat grec et se sont qualifiés jusque-là. C’est du 50-50... mais peut-être peut-on nous considérer comme favoris vu notre forme actuelle. On arrive à répondre présent dans les matchs importants."

En cas de qualification, ce serait le deuxième quart de finale européen de Gand après celui de 1992. "On sent qu’il y a moins d’excitation que si c’était la Ligue des champions ou l’Europa League. Et puis il y a toujours la course aux play-off 1 et la finale de la Coupe qui nous occupent."

Le risque de surcharge ne menace-t-il pas? "Je pense que, physiquement, on est prêt à le faire… même si on reste des hommes et que j’ai un peu peur que la fatigue se ressente. Mais faire de bons résultats, permet de surmonter la fatigue."

Et s’il fallait choisir? "C’est dur de choisir et je crois qu’on est capable de combiner les trois. Le coach a envie de jouer tous les coups à fond et je partage son avis, je ne veux pas laisser tomber un objectif puis avoir des regrets après, même si on sait que c’est difficile."

Gand peut-il viser une finale? "Il y a quelques équipes au-dessus, comme Leicester, Marseille ou la Roma, mais il y a un coup à jouer."