Anderlecht : enfin une victoire contre un grand

Anderlecht n’avait pas encore gagné à la maison face à un membre du G6 cette saison.

Romain Van der Pluym
Anderlecht : enfin une victoire contre un grand
Les Anderlechtois ont enfin réussi à battre un des ténors de la compétition. ©belga

"Gagner contre Genk fera du bien au classement et dans les têtes."

Christian Kouamé est-il devin ou a-t-il juste senti que la réception de Genk pouvait être un match clé pour Anderlecht? Les Mauves ont enfin réussi à battre un des ténors de la compétition – bien que mal embarqué cette saison – dans son Lotto Park.

Les trois points renforcent un peu plus la position des Mauves dans le top 4. Si Malines et La Gantoise restent en embuscade, l’Antwerp et Bruges ne sont pas bien loin (trois et deux points). Il reste six journées. Anderlecht ne peut pas se planter.

Le moral en berne de début 2022 fait partie du passé. Anderlecht s’est même permis un petit coup de boost en mettant fin à une mauvaise série. Face à La Gantoise, le Club Bruges, le Standard, l’Antwerp, Genk et l’Union (hors G6 mais leader de Pro League), Anderlecht affichait un pauvre bilan de 8 sur 24. À domicile, il tombait même à 3 sur 12. Une statistique intenable pour une équipe qui veut jouer les trouble-fête en champions play-off en fin de saison. Et qui jouerait, en cas de qualification, la finale de Coupe contre Bruges ou Gand.

Les Mauves se sont relevés et ont montré qu’ils étaient capables de gagner un match face à un grand. Et de le faire avec beaucoup de maîtrise.

Avec maturité

Les rencontres face au Genk de Storck n’ont plus rien à voir avec celles contre le Genk de van den Brom. La fougue propre au coach batave a laissé place au sérieux et à l’organisation allemands. Le genre d’opposition que n’apprécie pas particulièrement l’équipe de Kompany qui vit d’espaces et de courses. Et c’est là qu’Anderlecht a connu une réelle progression au fil du temps. Le groupe a pris en maturité et a appris à gérer des rencontres où les occasions ne s’enchaînent pas.

En première période, Anderlecht a conclu ses deux seules occasions franches – grâce à Ashimeru et Verschaeren, des hommes en forme – et n’a rien laissé à Genk.

En deuxième, il a géré. Enfin. Pas de coups de stress comme à Zulte Waregem. Anderlecht a continué de jouer son football. Laissant plus d’opportunités aux abords du rectangle, certes, mais sans jamais donner l’impression de prendre l’eau. Ils sont même passés tous près du 3-0. Le cadre a tremblé à deux reprises. Via Murillo et Amuzu.

L’attitude de la défense illustre le comportement global et la maîtrise de l’équipe. Gomez, parfois critiqué pour ses absences défensives, a dégoûté Ito sur son flanc. Debast n’a, lui, rien offert au Soulier d’or Onuachu.

Anderlecht en profite également pour mettre fin quasi définitivement aux espoirs de remontada des Genkois. Ils sont à dix unités des Mauves. Il n’en reste que 18 à distribuer.