Nielsen après son but victorieux face à Anderlecht : « On savait qu'ils laissent de l'espace devant le rectangle... »

Nielsen a eu la liberté de frapper au but sur le 1-0. Unionistes et Mauves s’expliquent.

Y.T.

Mais comment Anderlecht a-t-il donc pu laisser Casper Nielsen tout seul au grand rectangle sur ce coup franc après dix minutes de jeu? "Je n’étais pas surpris, dit Nielsen. Notre T2 Karel Geraerts avait analysé les phases arrêtées défensives d’Anderlecht. Il avait vu qu’il y avait des possibilités à l’extérieur du grand rectangle parce que les joueurs se mettent tous à l’intérieur du rectangle. On a travaillé cette phase. Quand Teddy m’a donné cette passe, j’étais confiant dans le fait de marquer. Je savais où frapper."

Felice Mazzù confirme: "On avait montré aux joueurs qu’il y avait de l’espace devant le bloc défensif sur phase arrêtée, que ce soit sur corner ou sur coup franc. On l’a bien exploité."

Et côté anderlechtois ? Vincent Kompany défendait le positionnement de ses joueurs. "Est-ce que quelqu’un qui frappe des 30 mètres est une priorité? Statistiquement, la réponse est non. Dès que le ballon est joué en retrait, il faut vite mettre la pression sur le tireur. Mais bon, on a eu la malchance que le ballon ait été dévié."

Le gardien Hendrik Van Crombrugge était plus sévère. "Bien sûr que ce but ne pouvait pas tomber. Ce n'est pas la première fois qu'on encaisse un but pareil sur phase arrêtée. C'est une responsabilité collective. Il faudra revoir sur les images ce qui n'a pas marché. Bien sûr que l'Union a eu de la chance que le ballon ait été dévié. Mais mon papa m'a toujours dit que la chance, on la force."