Eupen tourne le dos à la Pro League et méritait mieux qu’un 0-2 face au Cercle de Bruges

Match "pas comme les autres" ce dimanche au Kehrweg, où l’AS Eupen recevait le Cercle de Bruges dans un contexte très particulier.

D.L.
Eupen tourne le dos à la Pro League et méritait mieux qu’un 0-2 face au Cercle de Bruges
L’AS Eupen a tourné le dos aux caméras avant le coup de sifflet final. ©Photo News

Avec 16 cas de Covid (14 joueurs et deux membres du staff), l'AS Eupen a assez logiquement demandé le report du match face au Cercle de Bruges. Mais la Pro League n'a rien voulu entendre et s'en est remis à un règlement, lequel mériterait quelques ajustements... Soit.

Samedi soir encore, l'AS Eupen a réagi au refus des instances en plaidant à nouveau sa cause. Une nouvelle fois, la Pro League n'a rien voulu entendre et a maintenu le match contre le Cercle à ce dimanche 16 heures. Ce qui a poussé l'AS Eupen a réagir, par voie de communiqué, en détaillant sa position (à -re-lire ici).

De leur côté, les joueurs ont tourné le dos aux caméras (et indirectement à la Pro League) en avant-match, en signe de protestation.

Mais puisque le match devait avoir lieu, Eupen (sans son coach Stefan Krämer, out pour cause de coronavirus) a aligné un onze remanié. Avec, sur le banc, des éléments très jeunes (dont le 2e gardien Lucas Morren, né en 2005) qui ne comptaient pas la moindre minute en Pro League au compteur.

L’entraîneur Stefan Krämer absent (covid), c’est le nouvel adjoint Michael Valkanis qui était T1 ce dimanche du côté d’Eupen.
L’entraîneur Stefan Krämer absent (covid), c’est le nouvel adjoint Michael Valkanis qui était T1 ce dimanche du côté d’Eupen. ©Photo News

À la surprise générale, le premier acte des Pandas était loin d’être décevant. Les jeunes Gary Magnée et Amadou Keita, pour ne citer qu’eux, ont posé de nombreux problèmes aux Brugeois, également embêtés par les courses d’Ignace N’Dri, aligné en pointe.

C’est en défense qu’Eupen était le moins touché par le Covid. Les routiniers Agbadou, Amat et autre Beck ont su résister aux offensives du Cercle, pendant que la jeunesse faisait de son mieux.

En marge de la frappe signée Hotic (22e) et la tentative d’Amadou Keita côté eupenois, le premier acte demeurait assez équilibré.

En deuxième période, les échanges s’accéléraient quelque peu. De retour au Kehrweg, l’ex-Eupenois Senna Miangue loupait l’ouverture du score (53e), alors que l’AS pouvait compter sur le tir de Gary Magnée pour contraindre Thomas Didillon à la parade (55e). Chaude alerte aussi à la 67e, mais Somers ne cadrait pas.

Précieux travail du jeune Gary Magnée (Eupen), originaire de Soumagne.
Précieux travail du jeune Gary Magnée (Eupen), originaire de Soumagne. ©BELGA

Ni écouté ni entendu par la Pro League, Eupen et ses jeunes auront eu le mérite de répondre de la meilleure des façons: en proposant malgré tout un football intéressant face au Cercle de Bruges, ce dimanche. D’ailleurs, l’Alliance aurait mérité ce point qu’elle tenait jusqu’à la 77e et le but de Sommers, inscrit un peu par hasard dans la cohue du grand rectangle.

Le penalty accordé au Cercle à la 80e (faute de Magnée sur Deman) ne faisait que confirmer la victoire brugeoise: 0-2, via Hotic.

Malgré tout, on retiendra que la jeunesse frontalière a du talent, c’est indéniable. Néanmoins, le contexte de cette rencontre dominicale n’avait rien d’un cadeau pour les six jeunes éléments (deux titulaires et quatre remplaçants) qui ont découvert la Pro League "grâce", ou plutôt "à cause" d’un virus, en ce 16 janvier 2022.

Ce match " joué sous la contrainte " (pour citer le club eupenois) désormais passé, le staff d'Eupen espère récupérer un maximum de joueurs au plus vite, histoire de préparer au mieux la suite du championnat. Mine de rien, d'aucuns l'oublient, mais les Pandas sont loin d'avoir assurer leur maintien.

Ignace N’Dri, aligné en pointe du côté d’Eupen.
Ignace N’Dri, aligné en pointe du côté d’Eupen. ©Photo News