Covid: L’AS Eupen… doit jouer dimanche contre le Cercle de Bruges malgré 16 cas positifs

Après avoir détecté 16 cas de Covid au sein du club, les Eupenois devront tout de même jouer contre le Cercle de Bruges dimanche.

Gil Bidoul
Covid: L’AS Eupen… doit jouer dimanche contre le Cercle de Bruges malgré 16 cas positifs
L’adjoint eupenois, Kristoffer Andersen, imaginait mal recevoir le Cercle de Bruges avec une équipe décimée, dimanche au Kehrweg. Et pourtant... ©L.P.R.Photography

Le "suspense" aura duré toute l'après-midi. Après avoir détecté seize cas de Covid (quatorze joueurs et deux membres du staff dont l'entraîneur Stefan Krämer), l'AS Eupen a introduit ce vendredi après-midi une demande auprès de la Pro League pour reporter le match de dimanche (16h) contre le Cercle de Bruges. Une demande qui a été rejetée par la Pro League. "La Pro League a rejeté la demande de l'AS Eupen de reporter le match contre le Cercle de Bruges prévu pour ce dimanche.

Comme 14 joueurs du cadre professionnel de l’AS Eupen sont actuellement infectés par le coronavirus et se trouvent en quarantaine, l’AS Eupen a demandé vendredi matin le report du match contre le Cercle de Bruges.

La Pro League a rejeté cette demande et justifie sa décision par le fait que parmi les personnes infectées, il n'y a pas au moins 7 joueurs qui ont disputé jusqu'à présent un tiers du temps de jeu. Actuellement, le règlement prévoit qu'un match ne peut être reporté à cause du Covid-19 que si au moins 7 joueurs ayant participé à un tiers des minutes de jeu disputés jusqu'à présent ou les deux premiers gardiens de but sont infectés par le Covid-19", communiqué le club ce vendredi en soirée.

Vendredi matin, lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant-match à Eupen, le club expliquait devoir d’abord s’assurer que ce quota était bel et bien atteint, sans quoi toute demande aurait été inutile. Finalement, après avoir sorti les calculettes, les Eupenois n’ont visiblement pas rencontré ce critère essentiel et devront jouer.

«Aucun cas grave»

Testés jeudi, les Eupenois n'ont pas dû attendre très longtemps avant de recevoir les résultats, dont quatorze sont positifs parmi les joueurs et deux dans le staff technique. "Heureusement, ils ne sont pas forts malades, rassure le team manager Michaël Radermacher. Beaucoup ont des symptômes, mais il n'y a pas de cas grave", poursuit-il.

Parmi les "rescapés", c'est l'entraîneur-adjoint Kristoffer Andersen qui s'était présenté devant la presse vendredi en matinée, avant que la demande de report soit introduite. "Nous verrons si nous jouerons ou pas, mais c'est évident que la préparation n'est pas évidente dans pareille situation. J'imagine mal devoir aligner des joueurs qui n'auront que deux jours d'entraînement dans les jambes et il y a un vrai risque de blessure", pestait-il dans l'attente de la tenue (ou pas) du match.

La rencontre risque d’être bien compliquée pour les Pandas, avec plus que certainement de nombreux jeunes qui seront présents sur la pelouse.

 Andreas Beck.
Andreas Beck. ©Photo News

Parmi les quelques rares joueurs négatifs au Covid, Andreas Beck trouvait la situation surréaliste, ce vendredi, avant de savoir si la rencontre se jouerait ou pas dimanche. "Si nous devons jouer, nous le ferons car nous sommes des professionnels et nous respecterons les règles. Mais comment prester dans ces conditions, avec si peu de joueurs disponibles?", s'interrogeait-il avant d'évoquer lui aussi le mercato eupenois. "On sait que le club y travaille, mais c'est sûr qu'on perd en qualité avec le départ de Kayembe."

Quant à sa situation personnelle, lui qui arrivera en fin de contrat dans quelques mois, il ne panique pas: "Tout le monde sait que j'ai envie de rester ici, mais il n'y a pas encore eu de contact avec le club à ce sujet pour le moment. On verra plus tard. Ce n'est pas le plus important ce week-end", conclut-il.