«Raskinator», un retour qui fait du bien au Standard

On a retrouvé le pitbull des Rouches, auteur d’un tout gros match contre Gand. «Sa marge de progression est énorme», dit Leye.

Stéphane Lecaillon
«Raskinator», un retour qui fait du bien au Standard
En l’absence de Raskin, le Standard avait eu du mal, en février. ©Photo News

Si Selim Amallah avait manqué au Standard en février, le constat vaut aussi pour Nicolas Raskin. Le médian, qui s’est révélé en début de saison sous Philippe Montanier, a été touché au pied fin février et a justement été absent lors des défaites à Zulte (3-2) et contre Anderlecht (1-3), quand les choses ont (re)commencé à moins bien tourner pour les Rouches. Le Liégeois de 20 ans alternait le bon et le moins bon ensuite: un gros match pour éliminer Bruges de la Coupe, une copie sans relief contre Mouscron, une rencontre sérieuse contre Eupen, et une prestation notamment marquée par une perte de balle fatale, à Genk. Mais sa dernière sortie, contre Gand, a été l’occasion pour Raskin de livrer sa meilleure prestation en 2021. Il est monté dans les tours au fil de la rencontre, pour aider le Standard à renverser les Buffalos et à tenir le coup dans les derniers instants, à l’image de ce ballon «chipé» dans les pieds de Bezus à la 89e pour lancer Muleka vers un nouveau face-à-face avec Bolat, manqué par l’avant congolais.

Calendrier D1A