Ondoa viré d’Ostende pour avoir organisé une lockdown party: «Les dirigeants n’ont même pas pris la peine de m’écouter»

Le portier camerounais, qui évoluait dans le noyau B cette saison, a été licencié par la direction du KV Ostende pour avoir organisé une «lockdown party». Il dément fermement ces accusations sur son compte Facebook.

Ondoa viré d’Ostende pour avoir organisé une lockdown party: «Les dirigeants n’ont même pas pris la peine de m’écouter»
©BELGA

«J’ai appris la nouvelle cet après-midi (NDLR: lisez hier) par courrier quasiment en même temps que la presse. Je vous avoue être choqué, car les dirigeants n’ont même pas pris la peine de m’inviter à m’expliquer sur les faits qui me sont reprochés», explique-t-il sur un post Facebook.

Dans la nuit de samedi à dimanche, la police a retrouvé une dizaine de personnes dans l'appartement de Fabrice Ondoa. On parlait alors d'une fête clandestine.

Ce qu’Ondoa dément fermement. «S’ils avaient pris la peine de m’inviter à m’expliquer, ils auraient compris que je n’avais rien à me reprocher. Je n’ai rien organisé du tout et ce n’était sûrement pas une lockdown party. Les termes sont importants dans la vie.»

Arrivé à Ostende en juillet 2018, Ondoa a disputé 30 matches avec le KVO mais n’a pas encore joué le moindre match cette saison, barré par Guillaume Hubert. Il a même été versé dans le noyau B depuis quelques mois.

Licenciement abusif?

Chez nos confrères de Het Laatste Nieuws, Sébastien Stassin, du syndicat de joueurs Sporta, a mis en doute la légalité de ce licenciement. «Un citoyen lambda n’aurait eu qu’une amende de 250€. M. Ondoa a également été licencié. Est-ce qu’organiser une fête était une erreur grave? Absolument. Etait-ce intelligent? Non. Mais qu’en est-il de la légalité? Le juge devra trancher.»

Calendrier D1A