Noë Dussenne raconte sa galère: «J’ai pris une claque aller-retour»

Blessé au genou depuis août, le défenseur du Standard a d’abord accusé le coup, avant de rebondir. Il raconte ces cinq mois compliqués et comment il voit la suite.

Stéphane Lecaillon
Noë Dussenne raconte sa galère: «J’ai pris une claque aller-retour»
Malgré quelques cicatrices au niveau du genou droit, Dussenne retrouve le sourire, à Marbella. ©Photo News

«Une grosse claque, aller-retour. Un coup de massue.» Il ne le cache pas derrière des faux-semblants: quand Noë Dussenne a appris qu'il était victime d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit, il a passé quelques jours très compliqués. «J'ai même pleuré au téléphone quand je l'ai annoncé à mon père… qui n'a pas su tout de suite quoi me répondre.» C'était la mi-août et le défenseur central, arrivé de Mouscron quelques jours plus tôt, venait tout juste de disputer son premier match sous le maillot liégeois. Un duel classique à l'entraînement, un tacle, le pied qui reste dans le sol et le genou qui se tord. «Je n'avais jamais ressenti une douleur aussi forte, se souvient le Montois, depuis Marbella, où il est en stage avec ses équipiers. Ça n'a duré que quelques secondes, mais c'était comme si on me retirait quelque chose du genou, qui s'est mis à trembler, d'ailleurs. Puis ça s'est calmé… et je me suis même dit que ce n'était peut-être pas si grave. Le doc a vite compris que c'était les croisés, mais il ne me l'a pas dit tout de suite. Il me l'a annoncé une fois que l'IRM l'a confirmé. J'étais dans ma voiture quand il m'a appelé.» Et ça lui a fait un choc. «Tout s'est effondré d'un coup. Je venais d'être transféré au Standard, je voulais bien faire, bien jouer. Et puis il y avait aussi la Coupe d'Europe.» Qui allait être sa première expérience du genre, à 27 ans, à son «summum ».

Calendrier D1A