Les Carolos sont prêts pour la semaine de vérité

Résolument tourné vers l’avenir plutôt que vers le passé, Felice Mazzù n’a cependant pas pu dissimuler un regret, samedi après la victoire amicale et aisée (2-0): celui de ne pas avoir battu Eupen lors du dernier match de la phase classique (17/03), ce qui aurait permis à Charleroi de terminer devant Courtrai, et donc de disputer la finale des play-off 2 à domicile, mercredi, et non pas à 120 km du Mambour.

Vincent Blouard
Les Carolos sont prêts pour la semaine de vérité
Après une mi-temps difficile, Delfi (à g.) a signé un assist et un but. ©Photo News

Excepté ce léger froncement de sourcils, pour le reste, tous les signaux sont au vert au moment d'aborder une semaine cruciale en vue d'une qualification européenne. «J'ai pu mettre quelques joueurs au repos (NDLR: Dessoleil, Nurio, Ilaimaharitra, Morioka et Osimhen) et ceux qui les ont remplacés ont répondu présents même si, en première mi-temps, on s'est un peu cherché», commente Felice Mazzù. Seul Toyokawa, parmi des Eupenois en roue libre, a inquiété Riou via deux frappes brillamment détournées par le gardien français (38e et 43e). Le suppléant de Penneteau est décidément infranchissable depuis quatre matches. Globalement, Charleroi a contrôlé le match et l'a méritoirement débloqué grâce à Niane et Delfi. «On a réajusté certaines choses et notre deuxième période, en 4-4-2, a été meilleure», reprend Mazzù.

Calendrier D1A