Le parquet saisit la Cour d’arbitrage de l’affaire des chants antisémites brugeois

Le parquet fédéral de l’Union belge de football (URBSFA), c’est du jamais vu, va porter devant la Cour Belge d’arbitrage pour le Sport (CBAS), l’affaire des chants antisémites et anti-gays brugeois, que la Commission des Litiges d’appel s’était refusée à condamner.

Le parquet saisit la Cour d’arbitrage de l’affaire des chants antisémites brugeois

Le Parquet poursuivait le Club Bruges pour les chants antisémites de ses supporters lors du topper du 4 avril au RSC Anderlecht. Ils avaient en effet scandé «Celui qui ne saute pas est juif» et «Tous les Juifs sont gays», ce soir-là au Stade Constant Vanden Stock. Aucune sanction n’a cependant été prise par la Commission des Litiges d’appel, alors qu’il y avait récidive.

L’avocat brugeois Hannes D’Hoop avait en effet expliqué au cours de la séance du 26 avril que les chants n’étaient pas discriminatoires ou destinés à blesser les Juifs ou les homosexuels, malgré leur perception négative.

Une argumentation qui à la grande déception du Parquet et de diverses associations juives, avait convaincu la Commission des Litiges d’appel, laquelle a en effet prononcé un verdict d’acquittement.

Elle le justifiait de la façon suivante: «Les chants doivent être considérés comme neutres et sans caractère offensant. On utilise des termes qui indiquent simplement l’orientation sexuelle ou un groupe de population. Le mot «juif» n’a pas de connotation dévalorisante ou discriminatoire, de même pour le mot ‘homo’«.

Un jugement rendu qui n’empêchera pas le Parquet fédéral de poursuivre l’affaire en la portant devant la Cour Belge d’arbitrage pour le Sport (CBAS).

L’appel sera en effet interjeté dès cette semaine, et donc dans le délai règlementaire de 15 jours civils.

La date de la séance sera connue ultérieurement.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

Calendrier D1A