Stade national : le projet de BAM-Ghelamco retenu

Les autorités bruxelloises ont désigné le consortium BAM/Ghelamco comme "candidat privilégié" en vue du financement, de la construction et de l'exploitation du futur stade national, sur le parking C du plateau du Heysel.

B.E.

+ LIRE AUSSI | Le consortium partisan d'un projet participatif

"C'est une étape décisive", commente Alain Courtois, le Premier Échevinde la ville de Bruxelles, qui suit le dossier depuis 1987. "On prouve à tous ceux qui croyaient que ce projet de stade national était irréalisable, qu'en Belgique tout est possible, même construire un stade ! Et ceci, en comptant sur des investisseurs privés."

Les autorités bruxelloises vontcommencer,dès ce lundi,des négociations avec le consortium BAM/Ghelamco.Celles-ci devraient, idéalement, aboutir en juin.Les permis de bâtir devraient alors être déposés. Ainsi lestravaux pourraientdébuter en 2016 et le stade pourrait êtreprêt dans le courant de l'année 2018, selon un membre du consortium- mais Alain Courtois prend ses précautions, ils parle plutôt de 2019.

Le consortium BAM/Ghelamcoa déjà construit, entre autres, le stade Gand qui porte d'ailleurs son nom.

Prêt pour l'Euro 2020?

Le futurstade national, comptant60 000 places,seraérigé sur leparking C du Heyselà Bruxelles en vue del’Euro 2020 dont Bruxelles fait partie des villes hôtes.

Et Guy Vanhengel, leMinistre du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargé des Finances, du Budget et des Relations extérieures, de commenter : "En 2020, s'il n'y a aucune possibilité de jouer de matchs dans la capitale européenne, on serala risée du monde entier."

Le timing est pourtant serré. Beaucoup de détails restent à régler, notamment en matière de parking, de mobilité et de retombées pour les Bruxellois. Le projet du stade national s'inscrit en effet dans un cadre plus large. "C'est lié au projet Néo qui vise à construire des parking,des centaines de logements, un hôtel et des infrastructures touristiques", explique Yvan Mayeur,le Bourgmestre de la ville. Les points du parking, de la mobilités, et de l'efficience du business plan deBAM/Ghelamco restent donc des points sensibles.

En cas d'échec des négociationsentre le "candidat privilégié", BAM/Ghelamco, et les autorités bruxelloise, les deux autres candidats -Besix etle groupe Denys qui s'est associé au constructeur espagnol FCC ainsi qu'avec les Australiens de Macquarie -pourraient revenir dans la course. Mais, bien-sûr, cela retarderait encore le programme et compliquerait davantage les choses.

Stade national : le projet de BAM-Ghelamco retenu

Anderlecht, futur club résident

+ LIRE AUSSI | Anderlecht exprime sa satisfaction

Comme on s'en doutait déjà, le club d'Anderlecht est compris dans le business plan soumis parBAM/Ghelamco aux autorités bruxelloises. Les mauves devraient en effet jouer sur la pelouse du nouveau stade national. Mais cela est aussi l'objet des négociations qui commencent dès ce lundi. En espérant arriver au "but final", plaisantent les autorités bruxelloises, pour lesquellesaujourd'huirien ne semblent vraiment impossible. Il faut cependant prendre en compte qu'Anderlecht a déjà du mal à remplir le stade Constant Vanden Stock qui n'a que 30 000 places. Qu'en sera-t-il d'un stade de 60 000 places ? La question reste ouverte.

Calendrier D1A