Les Rouches peuvent-ils retrouver des couleurs au stade arc-en-ciel ?

Après un premier tour raté, le Standard doit relancer la machine chez la surprise de ce début de saison.Et ne plus commettre les erreurs vues à Lokeren.

Stéphane Lecaillon
Les Rouches peuvent-ils retrouver des couleurs au stade arc-en-ciel ?
goreux ©Belga

Arbitre: M.Wouters.

ZULTE-WAREGEM: Bossut, De Fauw, Colpaert, D’Haene, , Verboom, Malanda, Delaplace, Berrier, Hazard, Leye, Habibou; Bruzzese, Godeau, De Jonghe, Hinostroza, Skulason, Naessens, Trajkovski, Lendric.

STANDARD: Kawashima; Goreux, Ciman, Kanu, Van Damme; Buzaglo, Buyens, Vainqueur, Mpoku (ou Seijas); Ezekiel, Batshuayi. Moris, Arslanagic, Tavares, Bulot, Ajdarevic, Biton, Phellype.

Absents: Pocognoli (cuisse), Gonzalez (ischios), Ogunjimi, Opare (cheville), Gershon (mâchoire), Fryers, Cisse (genou).

Menacé de suspension: Vainqueur.

Le Standard rêvait d’entamer ce deuxième tour dans la peau d’un membre du Top 6, comme son statut l’exige. Mais voilà, en retombant dans le travers du manque de rigueur défensive à Lokeren, vendredi passé, il s’est lui-même privé de bol d’air. Dans son malheur, rien n’est (trop) mal fait puisqu’OHL et Courtrai se sont neutralisés, restant ainsi à sa portée.

Pour autant, il ne fut pas question de Top 6 dans les discours rouches, hier. Même si son survêtement est encore neuf, Mircea Rednic a compris qu’un gros déplacement l’attend, dimanche chez la surprise du premier tour. «Zulte est deuxième, propose un bon football et doit avoir un gros moral. Ce 1-1 contre Malines, qui l’a empêché de terminer la phase aller en tête, aurait dû être une victoire tellement il a dominé et s’est créé des occasions. Et puis je sais que ce club a des joueurs en forme.»

L’ancien défenseur, qui avait déploré le but pris sur corner il y a huit jours, a aussi noté la force de frappe de Zulte sur phase arrêtée. «Berrier a un bon pied gauche et tire tous les coups francs, un peu comme Leko», grimace Rednic, qui n’apprécierait pas vraiment de se faire à nouveau avoir après avoir prévenu ses joueurs, comme à Lokeren. «Will’(Vainqueur) connaît bien Franck, et nous, en défense, on connaît Leye», prévient Réginal Goreux, qui sait qu’avec Hazard et Habibou, «il n’y a pas que » ces deux ex-Rouches à surveiller.

« J’ai trois attaquants: Ezekiel, Batshuayi et Buzaglo »

Après, comme annoncé, «une semaine pleine, sans journée de congé où le groupe a bien travaillé», le T1 roumain, qui emmène son groupe en mise au vert ce samedi, a une idée du onze qu'il compte lancer. «J'ai plus ou moins mon équipe en tête, oui, a-t-il reconnu, sans toutefois dire explicitement s'il reconduirait le 4-2-3-1 ou s'il reviendrait au 4-4-2 qui a conduit son Standard à la victoire lors des deux premières sorties. Si je veux aligner deux attaquants, je le ferai. Que ça soit dans un système en losange, ou avec deux médians défensifs. J'ai senti Ezekiel plus présent à l'entraînement, et j'ai discuté avec lui pour lui faire comprendre que je l'apprécie. D'ailleurs, je ne l'ai pas épargné uniquement pour des raisons physiques, à Lokeren (NDLR: ce qu'il avait pourtant dit sur le coup). C'était aussi une question tactique. Et, si j'ai vu que l'abandon d'un système à deux attaquants en a étonné certains, je tiens à faire remarquer qu'on s'était créé plus d'occasions en première mi-temps qu'en seconde.» Où Ezekiel était monté au jeu, pourtant.

Reste, aussi, à disposer d'assez d'atouts offensifs pour évoluer en 4-4-2. «Pour le moment, j'ai trois attaquants», note Mircea Rednic, qui précise, lorsqu'on lui demande: «Ezekiel, Batshuayi et Buzaglo». Pas de trace de Biton, donc, à moins que ce ne soit un oubli involontaire de la part d'un coach qui espère ne plus voir son équipe connaître un trou d'air en deuxième période, «comme ça avait été le cas contre OHL ou à Lokeren. Je ne veux pas critiquer l'ancien entraîneur en disant qu'il y a un déficit physique, mais j'ai juste constaté qu'il faut s'entraîner plus.» «Pour gagner plus», serait-on tenté d'ajouter, si ça ne ressemblait pas à un slogan politique usé jusqu'à la corde. Déjà, ne pas perdre contre une équipe face à laquelle le Standard trébuche si souvent, sonnerait comme la confirmation qu'un deuxième tour d'un autre acabit est possible pour les Rouches.