Charleroi: qu’est-ce qui coince à domicile?

«Nous avons une grande responsabilité par rapport aux projets de la nouvelle direction et il faut battre Malines afin de se rapprocher de cette équipe, voire de “ sauter ” le Beerschot!» Comme chaque vendredi, Yannick Ferrera se voulait optimiste hier.

Manu SALVE
Charleroi: qu’est-ce qui coince à domicile?
ferrera ©Belga

Arbitre: M. Delacour.

CHARLEROI: Mandanda, Satli, Bojovic, Dzinic ou Ohayon, N’Ganga, Kage, Diandy, Kumedor, Badibanga, Kaya, Rossini; Sifakis, Faidherbe, Ohayon ou Dzinic, Fabris, Bopp, Ederson, Aoulad, Escoe, Gnohéré.

Absents: Leandro (genou), Martos (ischios), Vergerolle (dos), Lazitch (adducteurs), Milicevic (quadriceps), Kamba, Keita, Willian (avec Faidherbe en Espoirs hier), Arze, Baguete, Dessoleil, Houdret, Jarun (non retenus).

Menacé de suspension: Kage.

FC MALINES: Pacovski, Van Loo, Biset, Van Hoevelen, Ghomsi, Cordaro, Van Damme, Henkens, Destorme, Iddi, Pedersen; Bateau, Biebauw, Chen, Diabang, Enevoldsen, Junker, Karahmet, Van Tricht.

Absents: De Petter, De Witte, Pandza, Renard, Ruiz.

Menacé de suspension: Henkens.

«Nous avons une grande responsabilité par rapport aux projets de la nouvelle direction et il faut battre Malines afin de se rapprocher de cette équipe, voire de “ sauter ” le Beerschot!»

Comme chaque vendredi, Yannick Ferrera se voulait optimiste hier. Mais pour terrasser le Kavé tout à l’heure, son équipe devra aussi vaincre une sorte de petit signe indien…

En effet, longtemps réputé pour être un cancre à l’extérieur et un tueur à domicile, ce qui lui permit souvent de se maintenir en D1, le Sporting peine à prendre les trois points à la maison cette saison.

Des 14 sur 45 qu’il a glanés dans le présent exercice, il n’en a pris que 4 chez lui (1 victoire contre Anderlecht, 1 nul, 5 défaites). Ce maigre bilan à domicile explique sans doute en partie pourquoi le public potentiel continue à se faire tirer l’oreille pour revenir au stade malgré le départ d’Abbas Bayat.

Mais pourquoi donc les Zèbres constituent-ils pour l’heure l’équipe de D1 la moins efficace à domicile? Plusieurs hypothèses tiennent la route… Mandanda a son avis: «Je pense tout simplement que nos adversaires nous sous-estiment plus quand nous jouons à l’extérieur (NDLR: vous aurez fait le calcul: 10 points engrangés sur les 24 mis en jeu).»

Pour Ferrera, le matériel humain dont il dispose ne l’incite pas à jouer la fleur au fusil. « Nous n’avons pas les caractéristiques pour tenter d’emballer d’emblée un match, même chez nous», précise-t-il. Précisément, l’homme est d’un naturel tactique plutôt prudent; frileux, disent même ses détracteurs. Par conséquent, il n’est pas tout à fait illogique que son 4-2-3-1 lui ait plus souvent souri hors du Mambourg…

Un deuxième tour plus favorable ?

Enfin, il y a le paramètre du calendrier. Charleroi a en effet déjà accueilli tous les gros pour des raisons extra-sportives (voir ci-contre). Sur papier, il n’est donc pas étonnant que la vendange intermédiaire chez lui soit si maigre. Outre contre Anderlecht, il n’y a que face à Gand que Charleroi a pris quelque chose. Par corollaire, ce programme estival et automnal défavorable pourrait en définitive être un mal pour un bien puisque nombre de concurrents directs du RCSC se déplaceront au Mambourg lors du deuxième tour. À charge, évidemment, pour les Zèbres de redevenir maîtres chez eux…