« Tirer le meilleur de chacun »

Pour bien jouer, il faut bien s’entraîner, sait le nouveau coach brugeois. Son président, qui rêve encore du titre, a fait son mea culpa.

« Tirer le meilleur de chacun »
BELGIUM SOCCER CLUB BRUGGE NEW COACH ©Belga

En se présentant aux médias, Juan Carlos Garrido est resté prudent… mais n'a pas caché une certaine ambition, ce qui doit plaire à son nouvel employeur. «Bruges est un club du top en Belgique. C'est une chance importante dans ma carrière. Avec ce club je peux remporter des titres. Nous avons tout ce qu'il faut : de bons joueurs, un bon staff et de bons supporters

Reste donc à trouver l'ingrédient qui manquait sous son prédécesseur. L'Espagnol, réputé pour faire suer ses troupes, a son idée: «Le manager est responsable de la façon de s'entraîner. Ce sera ma première étape. Obtenir ce que je veux à l'entraînement. Je vais devoir tirer le meilleur de chacun, car sans cela, ce n'est pas possible d'améliorer la façon de jouer.» S'il ne veut «pas manquer de respect au précédent coach », Garrido a tout de même annoncé qu'il allait changer «la façon de s'entraîner au quotidien» et imprimer son «propre style ». «Toutes les sessions se feront avec la balle», a-t-il ainsi précisé.

Avec, qui sait, l'espoir d'atteindre le titre dès cette saison: «mon ambition est d'abord de gagner chaque match. Si on réalise cela, on verra alors quel objectif on peut fixer.» Un rêve que le président Bart Verhaeghe n'a pas abandonné. «Tout est relatif. Si on récupère vite les blessés, nous pourrons encore lutter sur les trois fronts. Le meilleur est encore à venir

À propos de celui qui doit «résoudre rapidement le «problème actuel, mais aussi correspondre au projet à long terme», Verhaeghe a souligné la «discipline de fer » qu'il applique. «Il propose un jeu fait de possession mais aussi d'une bonne condition, poursuit le président. Il est celui qui colle le mieux à notre slogan: " no sweat, no glory " (NDLR: traduisible par «pas de gloire sans transpirer»).

Enfin, Bart Verhaeghe a aussi fait son mea culpa: «Cette situation me fait mal. Ces derniers mois, on a constaté un manque de discipline et de travail. Nous devons à nos supporters, moi le premier, travailler de façon plus structurée et professionnelle. Tout le monde souffre, et j'en prends la responsabilité