Romelu Lukaku à la presse étrangère: "Je ne pars pas cet hiver"

Anderlecht a invité la presse internationale à découvrir Romelu Lukaku. Le prodige anderlechtois a crié haut et fort que "le mercato d'hiver ne me concerne absolument pas..."

Romelu Lukaku à la presse étrangère: "Je ne pars pas cet hiver"
romelu lukaku ©Belga

Jeudi, le Sporting d'Anderlecht a laissé Romelu Lukaku à la disposition de la presse internationale une bonne partie de l'après-midi. Mais les intempéries ont notamment empêché les Anglais de la BBC et les Allemands de Kicker d'effectuer le déplacement au parc Astrid pour découvrir et rencontrer la perle rare qui devrait renflouer un jour la caisse du matricule 35.

Le jeune Diable Rouges'est dit"particulièrement intéressé" par la Premier League, en particulier Chelsea, et la Bundesliga. Il apprécie aussi beaucoup la Liga espagnole. Or le journaliste de Marca n'a pas craint de braver la neige, et encore moins de soumettre Romelu à un feu nourri de questions sur son avenir. Lukaku, qui a ainsi avoué viser le "top niveau absolu", n'a en revanche voulu donner aucune indication au sujet de l'équipe dont il rêve de porter un jour les couleurs.

"Pression surtout en équipe nationale"

"Ce n'est pas moi qui déciderai, et je ne me sens pas concerné. Ou plutôt pas encore", a-t-il ainsi précisé. "J'écouterai papa (l'ancien attaquant de Seraing Roger Lukaku, ndlr). "Ce n'est donc pas parce que je suis fan des Blues que j'irai forcément à Chelsea. Il y a d'autres grands clubs en Europe. J'ai de toute façon clairement dit à mon agent et à mon père que je ne voulais surtout pas savoir quels clubs me convoitaient. Pour le moment et pour quelques mois encore au moins, je ne veux en effet me concentrer exclusivement que sur trois choses. L'entraînement, les matches, et l'école..."

"Les médias ne m'épargnent pas"

Lukaku ne compte d'ailleurs pas s'en aller avant la fin de saison. "Vous pouvez écrire qu'il y 0% de chances que je quitte Anderlecht au mercato d'hiver! On verra en juin. Mais pour l'instant je ne veux pas en entendre parler. J'ai assez de pression sur les épaules comme ça. Surtout en équipe nationale, où on ne compte apparemment que sur moi pour marquer des goals. C'est plus cool à Anderlecht, où je me sens vraiment très heureux. Mais les médias ne m'épargnent pas non plus sur ce plan. D'un côté c'est normal mais de l'autre, je n'ai tout de même que 17 ans. Beaucoup semblent l'oublier. Heureusement j'assume mon statut sans me poser trop de questions. Je ne me laisse pas déstabiliser. Il me semble même que je joue plutôt pas mal ces derniers temps...".

Les compliments de Mourinho et Ronaldodans un coin de sa tête

"Je dois logiquement encore beaucoup progresser", poursuit Lukaku. "Et pour cela il faut jouer. Ce qui est le cas à Anderlecht, où ma place est assurée, même si je commets encore l'une ou l'autre erreur. Partir trop tôt dans un tout grand club ne serait donc guère subtil de ma part. Il ne faut pas vouloir brûler les étapes car cela peut coûter très cher. Je suis déjà tellement en avance pour mon âge. Cela dit, je me sens prêt pour le grand saut, mais pas spécialement pressé. Le moment venu, je ne tremblerai pas, au contraire. Même si ce sera très dur de quitter cet environnement que je connais comme ma poche. Mais il le faudra pour ma carrière. Je ferai ensuite tout pour convaincre les gens qu'ils ont eu raison d'investir autant d'argent (plus de 20 millions d'euros, ndlr) pour un aussi jeune joueur. Et mes parents seront là pour m'aider dans la vie quotidienne loin de mes bases. J'ai les deux pieds bien sur terre, mais je suis en même temps très ambitieux. Les compliments de gens comme José Mourinho ou Cristiano Ronaldo me font évidemment rougir de plaisir. Mais je les range tout de suite dans un coin de ma tête pour qu'ils ne perturbent pas mon travail", conclut Lukaku.

"Je suis en effet décidé à tous les sacrifices et toutes les souffrances pour voler un jour aussi haut que mon idole, mon modèle, Didier Drogba..."

Avec Belga

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...