Le président de la Liga demande à l’Union européenne une loi pour protéger le football.

Javier Tebas reste persuadé que le Barça, le Real, la Juve et d’autres n’ont pas enterré le projet de Super League.

Stéphane Lecaillon
Robert Lewandowski of Barcelona (L) gestures near Antonio Rudiger of Real Madrid during the international friendly football match between Barcelona and Real Madrid at Allegiant Stadium in Las Vegas, Nevada, on July 23, 2022. (Photo by Frederic J. BROWN / AFP)
Real Madrid et Barça: deux des clubs qui ne veulent pas lâcher l'idée d'une Superleague. ©AFP or licensors

Un grand nombre d’acteurs du football européen s’est réuni à Bruxelles, à un jet de pierre du Parlement européen, ce jeudi matin pour débattre de l’avenir du sport roi, à l’invitation de la Liga et du think tank “Sport and Citizenship”. Au cœur du débat : la menace brandie par quelques grands clubs européens de faire sécession et de créer une Super League. Un projet préparé depuis longtemps et qui surgissait en avril 2019, provoquant une vague d’indignations des autres clubs, des ligues, mais surtout des supporters douchant l’enthousiasme de certains des clubs engagés, qui faisaient amende honorable ensuite.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.

Sports

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...