Thibaut Courtois : “J’ai un peu bougé et avec mes 2 mètres ça réduit l’espace”

Le gardien a été le héros de la Belgique lors du premier match de la Coupe du monde 2022.

Romain Van der Pluym
Belgium goalkeeper Thibaut Courtois makes a save on a penalty kick from Canada forward Alphonso Davies during the World Cup group F soccer match between Belgium and Canada, at the Ahmad Bin Ali Stadium in Al Rayyan, Qatar, Wednesday, Nov. 23, 2022. (Nathan Denette/The Canadian Press via AP)
Courtois a sauvé le penalty de Davies

Son premier penalty stoppé avec les Diables rouges. Thibaut Courtois se souviendra de son arrêt devant Alphonso Davies en début de match. Sans cet arrêt, les Belges n’auraient pas pris les trois points.

Belgique - Canada : “Les Diables sauvés par deux erreurs d’arbitrage”, selon notre expert

”Je l’avais étudié et je savais qu’il avait frappé ses deux penaltys avec le Canada à ma droite. J’ai un peu bougé pour le mettre mal à l’aise. Avec mes 2 mètres, si je bouge je réduis directement l’espace. Mon premier penalty arrêté pour la Belgique tombe au bon moment (sourire). Mais je sais aussi qu’on aurait dit 'Thibaut ne sort jamais de penalty' si Davies l’avait mis en pleine lucarne. Je pense que les joueurs ont de plus en plus peur de moi et qu’on a une fausse image de mes qualités sur penalty.”

“Les tireurs ont de plus en plus peur de moi.”

- Thibaut Courtois

Ce n’est pas le cas d’Eden Hazard qui n’a jamais douté de son ami : “Je n’ai pas été surpris qu’il sorte le penalty. Thibaut est le meilleur gardien au monde.”

Sa prestation a sauvé les Diables. Courtois n’a pas uniquement réalisé cet arrêt. Il a sorti plusieurs ballons chauds, principalement en première mi-temps. Le gardien a été au niveau qui a fait de lui le meilleur du monde. Il a été le seul Diable à son véritable niveau.

Selon les statistiques, les Canadiens auraient dû marquer 2,61 buts et ont eu trois grandes opportunités cadrées. À chaque fois, Courtois était là. Timothy Castagne a résumé son match en quelques mots : “Merci Thibaut. Pour le penalty… et pour le reste.”

Le portier n’en oublie pas son rôle de leader. Fier de son match, il n’était pas tendre avec ses équipiers. ”On savait que les Canadiens allaient presser haut, mais pas autant. Nous avons du mal à sortir de leur pressing. Nous devions mieux faire au ballon. Être plus calmes, trouver les espaces. Le Canada est une équipe très intense et très physique. Ils étaient courts sur l’homme et nous à 3 mètres. On doit commencer à mieux jouer sinon ça deviendra dur. Je suis d’accord de tout gagner 1-0 mais pour cela, il faudra élever le niveau de jeu. Avec les trois points face au Canada, on sait qu’avec une victoire de plus, nous sommes qualifiés.”

Une première pour Courtois, une série qui se poursuit malgré 21 tirs adverses : ce qu’il faut retenir de Belgique – Canada

COUPE DU MONDE