Coupe du monde 94: le premier sacre du Brésil sans Pelé et le scandale Maradona, testez vos connaissances (Quiz)

Les États-Unis d’Amérique accueillent pour la première fois de leur histoire la Coupe du monde en 1994. Une édition avec plusieurs surprises.

Maël Baudé
 Le Brésilien Romario s’empare du trophée de la coupe du monde, le 17 juillet 1994, alors que ses coéquipiers comme Dunga (à droite) se promènent sur le terrain après avoir battu l’Italie lors de la finale de football au Rose Bowl de Pasadena, en Californie.
Le Brésilien Romario s’empare du trophée de la coupe du monde, le 17 juillet 1994, alors que ses coéquipiers comme Dunga (à droite) se promènent sur le terrain après avoir battu l’Italie lors de la finale de football au Rose Bowl de Pasadena, en Californie. ©BELGA

La Coupe du monde 1994 aux États-Unis d’Amérique est un peu celle des surprises. D’abord parce que plusieurs grandes nations du football vont manquer à l’appel comme l’Angleterre, la France, l’Uruguay ou le Danemark, championne d’Europe en titre. Mais aussi pour les épopées de la Bulgarie (qui avait éliminé la France lors du dernier match des qualifications européennes) et de la Suède qui parviennent jusqu’en demi-finales.

C’est aussi le mondial de la déchéance pour Diego Armando Maradona. Contrôlée positif au test antidopage, la légende est exclue du tournoi après la deuxième rencontre de l’Argentine contre le Nigeria en poule. L’Albiceleste termine troisième de son groupe et s’incline contre la Roumanie en huitième de finale.

Implanter le «soccer» aux États-Unis d’Amérique

En désignant les États-Unis d’Amérique comme pays hôte, la FIFA espérait y implanter durablement le "soccer" sur le continent nord-américain. Si le baseball, le football américain ou le basket restent plus populaires que le "soccer", ce choix a le mérite d’avoir relancé le championnat professionnel Major League Soccer (MLS) dans la foulée du mondial.

Côté belge, cette 15e édition de la Coupe du monde a un goût amer. Après avoir bien débuté son mondial avec deux victoires en deux matchs, elle s’incline face à l’Arabie Saoudite lors de la troisième journée. Les Diables rouges terminent alors troisième du groupe F et s’inclinent face à l’Allemagne en huitième de finale (3-2).

Le 4e sacre du Brésil de Romario

Porté par un grand Roberto Baggio, l’Italie arrive jusqu’en finale. La Squadra Azzurra s’incline aux tirs au but (3-2) face au Brésil de Bebeto, Romario, Dunga, et du tout jeune Ronaldo Luis Nazário de Lima. C’est la quatrième étoile de la Seleção, la première sans Pelé.

28 ans après le sacre du Brésil, vous souvenez-vous encore bien de cette compétition ? Participez à notre quiz pour en avoir le cœur net !

COUPE DU MONDE