France 2-2 Belgique : les Diablotins méritaient mieux (vidéos)

Dans une partie séduisante, les espoirs ont fait le poids face aux Bleuets et se sont montrés séduisants.

Ju. Pa.
France 2-2 Belgique : les Diablotins méritaient mieux (vidéos)

C’était un test de grande envergure et les Diablotins ont répondu présent. Après leur défaite face aux Pays-Bas, les hommes de Jacky Mathijssen ont été rigoureux lors de la première période face à des Français sur papier plus forts mais trop laxistes sur le plan défensif. Les cinq changements procédés par l’ancien technicien de Bruges à la mi-temps ont rééquilibré la partie en faveur des Bleuets et on peut se demander légitimement si l’issue du match n’aurait pas tourné en faveur de la Belgique sans ces multiples remplacements.

Tactiquement, les Belges ont été très sérieux pendant 45 minutes et le dispositif mis en place par leur entraîneur a perturbé son homologue. Dans un système hybride entre le 3-5-2 et le 3-4-3 en perte de balle avec un Verschaeren positionné en faux 9 et chargé en premier d’activer le pressing pour contrer la relance de Fofana, ils ont annihilé la puissance offensive tricolore.

Avec des espaces réduits, les hôtes ont dû se contenter de frappes lointaines tant Patris et De Winter se sont montrés irréprochables, à l’image du tacle parfait de ce dernier (35e), lorsque Gouiri et Kalimuendo, secondés par Le Fée et Diop ont tentés de combiner dans la surface.

Cette prise de risque offensive s’est traduite en laxisme défensif dont n’a pas toujours su profiter Doku sur les transitions offensives, gâchant un terrible 2 contre 1 en oubliant Ramazani (19e). Le Rennais a tout de même éclaboussé le premier acte par son talent, ses dribbles et sa vitesse qui ont décontenancé l’arrière-garde française. Ce n’était pas une riche idée de lui laisser tant d’espaces sur les côtés comme l’a rappelé l’ailier en délivrant un bel assist pour Ramazani (0-1, 41e).

Un second acte terni par les remplacements

Le turnover procédé à la pause ne permet pas de retirer des enseignements du second acte même s’il est perceptible, bien que frustrant pour le spectateur neutre, que Matthijssen a procédé à un équilibrage du temps de jeu pour son groupe.

Après la pause, Kouassi a égalisé avant que Verschaeren ne redonne l’avantage pendant 18 minutes aux Diablotins. Wahi a fini par égaliser et les dix dernières minutes auraient pu tourner à l’avantage de chaque équipe.

Van der Brempt a vu la barre transversale repousser son envoi (81e) et Fofana s’est couché parfaitement sur un coup franc bien placé de Vranckx (85e) quand de l’autre côté, Wahi a vu son but annulé pour un hors-jeu légitime (84e).

À quelques mois d’un Euro, les partenaires de Vranckx ont montré qu’il faudrait compter avec eux dans la compétition. La saison va être encore longue et en Roumanie et en Georgie, il est évident que Mathijssen ne pourra pas compter sur le facteur X Doku après une très longue campagne.

Si le chemin est encore long, les raisons de croire à un beau parcours sont nombreuses.

COUPE DU MONDE