FIFA: Amnesty demande 440 millions de dollars de dommages pour les ouvriers du Mondial 2022

L’ONG Amnesty International a demandé ce jeudi à la FIFA de verser une compensation d’au moins 440 millions de dollars aux travailleurs immigrés « maltraités » au Qatar, pays hôte du Mondial 2022 accusé de ne pas suffisamment respecter leurs droits.

Belga
 Selon Amnesty International, les 440 millions de dollars correspondent au «minimum nécessaire» pour indemniser les ouvriers et les protéger contre de futures violations.
Selon Amnesty International, les 440 millions de dollars correspondent au «minimum nécessaire» pour indemniser les ouvriers et les protéger contre de futures violations. ©AFP

La demande d’Amnesty, soutenue par d’autres organisations de défense des droits humains, intervient à la suite de critiques répétées sur la lenteur de l’instance dirigeante du football à réagir contre les mauvaises conditions de travail des ouvriers sur les chantiers liés au Mondial dans le riche Etat du Golfe.

"La FIFA devrait consacrer au moins 440 millions de dollars (environ 418 millions d’euros) à la réparation des dommages subis par les centaines de milliers de travailleurs migrants victimes de violations des droits humains au Qatar pendant les préparatifs de la Coupe du monde 2022", déclare Amnesty dans un communiqué.

Selon l’ONG, cette somme, qui équivaut à la dotation que se partageront les 32 équipes participantes, est le "minimum nécessaire" pour indemniser les ouvriers et les protéger contre de futures violations.

L’organisation cite notamment les salaires impayés, le paiement de frais de recrutement "illégaux" et "exorbitants" ainsi que les dommages causés par les accidents du travail.

L’ONG basée à Londres a exhorté la FIFA à "travailler avec le Qatar pour mettre en place un programme de réparation complet avec la participation des ouvriers, des syndicats, de l’Organisation internationale du travail (OIT) et la société civile".

Depuis 2010, date à laquelle la FIFA a attribué le Mondial 2022 au Qatar, une "litanie d’abus" entache les préparatifs sans que l’instance n’ait exigé "la moindre amélioration des conditions de travail", a accusé Amnesty.

«Progrès significatifs»

L’organisation a néanmoins salué les réformes sociales décidées par le Qatar depuis 2018 et l’amélioration des conditions sur les chantiers de la Coupe du monde. Mais selon l’ONG, ces règles ne sont pas toujours respectées.

Dans un commentaire, la FIFA a dit "procéder actuellement à l’évaluation de la proposition d’Amnesty" et d’autres ONG, affirmant qu’elle "implique un large éventail d’infrastructures publiques construites (au Qatar) depuis 2010 qui ne sont pas nécessairement liées à la Coupe du monde".

Critiqué depuis qu’il s’est vu attribuer le premier Mondial de football dans un pays arabe, le Qatar a aboli le système de parrainage faisant des salariés des quasi propriétés de leur employeur et instauré un salaire minimum horaire.

Dans un communiqué, le Comité suprême d’organisation du Mondial affirme "avoir travaillé sans relâche pour garantir le respect des droits de chaque ouvrier engagé sur les projets de la Coupe du monde".

Il assure en outre "que des progrès significatifs ont été faits" dans plusieurs domaines (logement, santé, sécurité...).

Il ajoute avoir "travaillé aux côtés de nombreux partenaires internationaux reconnus sur son programme de respect du bien-être des ouvriers".

Dans la soirée, le ministère qatari du Travail s’est dit dans un communiqué "fier" des réformes introduites et "déterminé à poursuivre la transformation du marché du travail".

Il a par ailleurs annoncé que "110 millions de livres" (environ 130 millions d’euros) avaient été versés aux ouvriers ces deux dernières années par un fond créé par le gouvernement.

Le pays rejette fermement les bilans des morts sur les chantiers avancés par des médias internationaux.