«La main de Dieu»: le maillot de Maradona contre l’Angleterre en 1986 aux enchères

Le maillot que portait Diego Maradona lorsqu’il a marqué ses deux buts mythiques contre l’Angleterre à la Coupe du monde 1986, l’un avec la main, l’autre après avoir dribblé toute la défense, va être vendu aux enchères sur internet, a annoncé ce mercredi la société Sotheby’s.

Belga
 «Maradona, tu me le fles, ton maillot?»
«Maradona, tu me le fles, ton maillot?» ©Photo News

Depuis plus de 35 ans, ce maillot bleu portant le numéro 10 a eu pour unique propriétaire l’ancien milieu de terrain anglais Steve Hodge. Il avait échangé le sien avec le "Pibe de Oro" à la fin du match, remporté par les Argentins (2-1) et resté l’un des plus controversés de l’histoire de la Coupe du monde.

Le maillot avait été confié au National Football Museum de Manchester pour y être exposé.

Sotheby’s, qui l’exposera à son tour dans ses locaux à Londres pendant la vente sur internet (20 avril-4 mai), a fixé le prix de départ à 4 millions de livres (plus de 5,2 millions de dollars), a indiqué à l’AFP son responsable pour le streetwear et les objets de collection modernes, Brahm Wachter.

Le record pour des enchères a été établi en 2019 à 5,6 millions de dollars pour un maillot porté par la légende américaine du base-ball Babe Ruth à la fin des années 1920.

Le 22 juin 1986, à Mexico, tout s’est joué en quelques minutes lors de ce quart de finale lourd de symboles, quatre ans après la guerre des Malouines entre les deux pays.

A la 51e minute, juste après un ballon détourné dans sa surface par Steve Hodge, Maradona s’élève devant le gardien anglais Peter Shilton et semble marquer de la tête, alors qu’il s’est aidé de la main. "La main de Dieu", dira le capitaine argentin après la rencontre.

Quatre minutes plus tard, Maradona part de sa défense ballon au pied, élimine quatre joueurs anglais puis Shilton et marque "le but du siècle". Portée par son génie, dont la mort à 60 ans, en 2020, a jeté le pays dans le deuil, l’Argentine avait gagné la Coupe du monde.

"Il peut y avoir beaucoup de demande sur le marché pour cet objet", parie Brahm Wachter. "Cela peut être un musée, un club, un amoureux du football ou peut-être juste quelqu’un qui veut le mieux du mieux", ajoute-t-il.