Des transferts douteux de la Juventus et Naples devant la justice sportive

Onze clubs italiens, dont la Juventus, Naples et 3 autres équipes de Serie A, ont été renvoyés devant la justice sportive pour des fraudes comptables présumées lors de certains transferts de joueurs, a annoncé la Fédération de football de la péninsule.

Belga
 La Juventus est concernée.
La Juventus est concernée. ©Photo News

Les clubs concernés sont accusés d’avoir "comptabilisé des plus-values et des droits de transferts pour des valeurs supérieures à celles autorisées" pour obtenir la licence nationale, selon le communiqué de la Fédération.

Outre la Juventus et Naples, les trois autres clubs de l’élite déférés sont la Sampdoria, le Genoa et Empoli. La mesure vise aussi deux clubs de Serie B (Parme et Pise), deux de Lega Pro (3e division, Pescara et Pro Vercelli) et deux n’existant plus, Novara et le Chievo Vérone, a indiqué la FIGC.

Les clubs concernés risquent principalement une amende. Une soixantaine de personnes physiques – dirigeants et représentants – sont en outre déférées. Elles risquent des sanctions pouvant aller jusqu’à une suspension.

Outre cette enquête du ressort des instances disciplinaires de la Fédération, la Juventus est visée depuis novembre par une enquête de la justice italienne au sujet de plus-values réalisées entre 2019 et 2021.

Le club le plus titré d’Italie est soupçonné d’avoir communiqué de fausses informations aux investisseurs et d’avoir produit des factures pour des transactions inexistantes, selon le parquet de Turin. Plusieurs de ses dirigeants, dont le président Andrea Agnelli, sont directement visés.

Nombre d’observateurs pointent depuis des années les abus d’une pratique légale sur le marché des transferts, visant à procéder à de "faux échanges" entre deux clubs, soit des ventes croisées de joueurs, parfois surévaluées.

Cela permet de limiter le volume d’argent concrètement versé de part et d’autre tout en permettant de comptabiliser immédiatement les éventuelles plus-values pour doper les performances financières.

La Juve est par ailleurs soupçonnée d’avoir conclu des accords salariaux privés avec certains footballeurs, non communiqués aux investisseurs. Plusieurs joueurs ont été récemment auditionnés, dont Paulo Dybala ou Federico Bernardeschi. Vendredi, les enquêteurs ont entendu la mère et agent d’Adrien Rabiot, selon plusieurs médias italiens.

Concernant Naples, le cas principal examiné par la justice sportive concerne le transfert du Nigérian Victor Osimhen en provenance de Lille en 2020, selon le quotidien Il Mattino. Le Napoli avait en effet vendu en parallèle quatre joueurs méconnus au club français, pour un montant global jugé par la presse peu en rapport avec la valeur des intéressés.