Le Bayern Münich bat Leipzig et asseoit sa domination sur la Bundesliga

Superbement défié par Leipzig ce samedi, le Bayern Munich a confirmé son statut de patron de la Bundesliga en s’imposant 3-2, au terme d’un match spectaculaire qui lui permet de compter provisoirement 9 points d’avance sur son dauphin Dortmund.

Thomas Müller (12e), Robert Lewandowski (44e) et Josko Gvardiol (58e) contre son camp ont marqué pour le Bayern. Andre Silva (27e) et Christopher Nkunku (53e) ont répondu pour le RB, devant 10.000 fans enfin autorisés dans l’Allianz Arena, après plusieurs mois de huis clos.

"Les deux équipes ont livré un très beau football", s’est félicité le Bavarois Thomas Müller, "les deux ont joué le pressing et essayé de provoquer les erreurs de l’autre. Nous avons mérité cette victoire parce que nous l’avons fait un peu plus que Leipzig. On peut dire que Leipzig aurait pu marquer deux buts de plus, mais nous aussi..."

Leipzig, qui paye son mauvais début de saison, glisse en 7e position, hors des places européennes, mais n’a pas à rougir de cette défaite. Sous l’impulsion d’un Christopher Nkunku de gala, qui enchaîne cette saison les performances de haut vol, les Saxons ont tenu la dragée haute aux Bavarois.

Neuer égale Kahn

Le Bayern, avec une défense à trois et cinq joueurs offensifs au coup d’envoi, a tenté comme à son habitude d’étouffer l’adversaire par un pressing très haut. Deux des trois buts munichois sont arrivés après des ballons grattés dans le camp de Leipzig.

"Nous avons fait un bon match, ce qui nous a manqué, c’est de ne pas faire d’erreurs dans la relance dans notre camp", a analysé Oliver Mintzlaff, le patron du RB, "contre une équipe de classe mondiale comme le Bayern, tu es puni dès que tu fais ce genre d’erreur. Mais malgré cette défaite douloureuse, nous pouvons tirer beaucoup de choses positives de ce match".

 Manuel Neuer a réalisé quelques arrêts de classe mondiale.

Le coach du RB Domenico Tedesco avait demandé à ses hommes de profiter des espaces laissés derrière par les champions d’Allemagne, et ils y sont remarquablement parvenus.

Ils ont cependant buté sur Manuel Neuer, qui reste à 35 ans l’un des meilleurs gardiens du monde et a effectué quelques parades de grande classe sur sa ligne. Le champion du monde 2014 a égalé au passage ce samedi le record du patron du Bayern Oliver Kahn, "le Titan", avec 310 victoires en Bundesliga.

Crise historique

Comme depuis plusieurs saisons, le Bayern reste quasi-imbattable pour ses opposants directs en Bundesliga. Les Bavarois restent sur neuf matches sans défaite contre Leipzig (cinq victoires, quatre nuls) et ils ont remporté leurs sept dernières confrontations contre Dortmund.

Dans les autres matches, les poursuivants ont cédé du terrain, l’Union Berlin (4e) et Fribourg (5e) ayant tous les deux essuyé une défaite.

En bas du tableau, la situation commence à se tendre pour trois clubs prestigieux, Stuttgart, Wolfsburg et Mönchengladbach, à la lutte pour leur maintien.

Stuttgart, l’ancien club de Benjamin Pavard, est coincé en 17e et avant-dernière position avec 18 unités seulement après une nouvelle défaite à domicile samedi 3-2 contre Francfort.

Mönchengladbach, après avoir disputé la phase de groupes de Ligue des champions en début de saison, traverse une crise historique.

Son nul samedi 1-1 à Bielefeld est le neuvième match consécutif sans victoire. Le club n’a provisoirement que deux points d’avance (23 pts) sur le potentiel barragiste Wolfsburg, qui joue dimanche, et qui est lui aussi très loin de ses objectifs.

© 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.