L’ère Xavi : jour 1

Présenté devant près de 10 000 fans, Xavi a détaillé ses projets pour ramener le Barça au sommet.

Simon Hamoir
L’ère Xavi : jour 1
Xavi Hernandez a été présenté ce lundi sous le soleil du Camp Nou. ©AFP

Les mots de Joan Laporta résument l’importance du moment : "Le retour de Xavi marque l’histoire du club. On n’a jamais vu autant de réactions des fans avant l’arrivée d’un coach."

Attendu comme le bâtisseur du nouveau Barça, Xavi Hernandez a été acclamé par 9 500 socios ce lundi au Camp Nou. Et pour la toute première fois, c’est sur la pelouse que l’entraîneur a acté la signature de son contrat jusqu’en 2024.

"Je vais laisser ma vie pour que ça marche, a lancé le successeur de Ronald Koeman. Les attentes sont élevées, sur l’obtention de performances immédiates. Il y a une équipe et il y a du talent, je vais donc essayer de transmettre mon expérience aux joueurs pour décrocher les titres."

Le discours est évidemment optimiste et il répond aux attentes des supporters barcelonais. Mais l’ancien milieu de terrain blaugrana (1998-2015) semble déterminé à mettre en place ses idées. "La meilleure façon de gagner est de bien jouer au football. Nous voulons attaquer, presser haut, dominer le jeu de possession. Comprendre pourquoi nous faisons certaines choses. Nous voulons refaire l’ADN du Barça qui a fait gagner beaucoup de trophées."

Cette marque de fabrique catalane a connu son apogée avec Pep Guardiola (2008-2012), lorsque Xavi évoluait aux côtés de Lionel Messi ou d’Andres Iniesta. "Pep a été une référence pour moi en tant que joueur et manager. C’est le meilleur entraîneur du monde. Être comparé à lui est déjà une réussite. Je comprends aussi la pression d’être dans le meilleur club du monde."

Présent simultanément à Barcelone à l’occasion d’un tournoi de golf de charité, Pep Guardiola lui a renvoyé les compliments. "Laporta et le conseil d’administration ont choisi Xavi parce qu’il y a des millions de points positifs et peu de points négatifs. Il connaît la maison et apportera une énergie positive en raison de sa vision du football et de son dévouement. Sa connaissance du jeu va beaucoup aider le club. Il est prêt à entraîner Barcelone. Mais Xavi ne doit pas être comparé à moi ou à quelqu’un d’autre. Il faudra aussi être très patient avec lui."

La patience sera en effet l’un des maîtres mots qui n’a pas permis à plusieurs autres grands capitaines récemment retraités de réussir dans leur club de cœur. On pense notamment à Frank Lampard avec Chelsea ou Andrea Pirlo à la Juventus. D’autant que, contrairement à ces deux exemples, Xavi débarque en pleine crise économique.

"Je suis de retour à la maison dans une situation difficile pour le club économiquement mais aussi sportivement, admet l’Espagnol de 41 ans. Mais nous devons avancer ensemble et progresser. Il y aura de l’exigence car nous sommes le Barça et nous devons toujours faire de bonnes performances. Nous avons envie de travailler sérieusement dans nos attitudes, nos valeurs. Je vais demander beaucoup aux joueurs, mais je vais les aider."

L’ancien entraîneur d’Al-Sadd profitera de la pause internationale pour prendre ses fonctions ce mardi et donner ses premières séances d’entraînement dès cette semaine.