Marin Lacroix, bourreau des Stockalis

Arrivé durant la saison Covid, Marin Lacroix, défenseur central, a asséné un fameux coup de bambou aux Stockalis avec son but d’entrée de jeu.

Alain Gilles
Marin Lacroix, bourreau des Stockalis
Marin Lacroix peut exulter, il vient d’inscrire le 1er but de sa saison. ©Yves Bircic

Monté en ligne de sa zone défensive, dans la première minute de jeu, Marin Lacroix a crucifié littéralement les Stockalis d'une tête imparable suite au corner de Fondaire. «Sur chaque phase arrêtée offensive, je monte systématiquement aux abords du rectangle adverse, atteste-t-il. C'est mon premier but de la saison. Il faut dire que c'est seulement mon troisième match d'affilée car j'ai dû soigner une déchirure au mollet.» Un premier but qui fut d'une importance capitale pour la phalange waremmienne. «Évidemment, notre moral a été réellement boosté, poursuivait le prof d'éducation physique. D'autant plus que chaque fois que nous avons pris l'avance dans une rencontre, nous l'avons gagnée. Cet avantage rapide nous a permis de poser notre jeu en première armure où je pense que Stockay n'a eu qu'une occasion franche.» Rassurant pour les Rouge et Blanc qui chaque semaine tentent de proposer du football. «Nous sommes récompensés de nos efforts», se réjouit un des deux papys de l'équipe avec Steve Dessart. N'oublions pas que la feuille de match des Wawas couchait seize garçons d'une moyenne d'âge de 22 ans et demi. Pas mal en Nationale, non? Et comme l'avoue franchement le directeur technique, Henri Verjans: «Nous n'avons pas le budget pour nous offrir des grands noms.» Une situation qui ne dérange absolument pas le défenseur central rouge (30 ans). «C'est un réel plaisir de travailler avec ces jeunes, certifie cet ancien Visétois. Steve Dessart et moi-même essayons d'apporter notre expérience pour guider toute cette jeunesse sur le terrain. Cela se passe magnifiquement bien. Les garçons sont hyper réceptifs et travaillent à merveille. Nous formons un véritable groupe où il n'y a pas d'individualité marquante. Je suis heureux d'enfin récolter le fruit de notre travail. Maintenant, il faudrait enchaîner les bons matchs et les victoires. À commencer la semaine prochaine par un déplacement à Couvin qui se veut une rencontre à six points.» Stopper Stockay dans sa belle série de 15/15 doit certainement avoir un gros impact psychologique sur le moral des troupes de Steve Dessart. De bon augure.