La fin de la disette pour Cokgezen

L’attaquant hutois a enfin trouvé le chemin des filets ce dimanche. Il espère que ce but va lui servir de déclic pour la suite de la saison.

Florian Caspers
La fin de la disette pour Cokgezen
Reda Cokgezen (ici avec le numéro 10) espère maintenant empiler les buts vu qu’il a débloqué son compteur ce dimanche à Raeren. ©Heymans

C'était la grande surprise de la présentation des équipes seniors de Huy à la fin du mois d'août. Suite au départ de Vedat Kurbali, les Mosans avaient engagé Reda Cokgezen deux jours à peine avant le début du championnat. Ayant manqué toute la préparation avec ses nouvelles couleurs, l'attaquant de 22 ans a mis du temps à trouver ses marques. « J'étais un peu en manque de confiance à mon arrivée, reconnaît l'ancien joueur de Spouwen. Lors de ma montée au jeu à Richelle, pour mon premier match avec Huy, je me suis créé des occasions, mais j'ai raté des face-à-face. Ce n'était vraiment pas l'idéal pour mes premières minutes avec ma nouvelle équipe. Depuis ce jour-là, la confiance a un peu disparu. »

Une première titularisation face à Gouvy n'y changera rien, le droitier démarre ensuite toutes les rencontres sur le banc sans parvenir à faire la différence lors de ses montées au jeu. «Ce n'est pas évident, d'autant que j'ai manqué un peu de chance, notamment contre Wanze/Bas-Oha où une de mes tentatives est repoussée sur la ligne, souffle Reda Cokgezen. Et puis, il faut bien reconnaître que c'est toujours mieux de commencer un match.»

Et c'est finalement ce dimanche qu'il a reçu une nouvelle chance de s'illustrer en étant aligné d'entrée sur le côté gauche de l'attaque, aux côtés de Willy Bamona et Cédric Pantot. «C'était dès lors normal que je ne déçoive pas le coach.» Et c'est ce qu'il a fait en ouvrant le score dès la cinquième minute. «Nous sommes partis en contre et nous étions en supériorité numérique, détaille celui qui a été formé à Seraing. J'ai feinté la passe vers un coéquipier sur la droite avant d'accélérer et de faire mouche sur une frappe croisée du pied gauche. On va dire que je me suis bien repris (rires). J'étais évidemment très heureux, je vois ce but comme une libération après avoir manqué énormément d'occasions depuis le début de championnat.»

Un but qui va peut-être définitivement lancer la saison du numéro 9 hutois. «Pour un attaquant, c'est toujours important de marquer son premier but, d'autant plus avec une nouvelle équipe. Ça peut être un déclic pour moi, insiste celui qui avait affirmé vouloir être meilleur buteur de la série. Oui, c'est vrai que j'ai pris du retard (sourire). Mais dans le foot, il faut être ambitieux sinon on ne gravit pas les échelons. La saison est encore longue, on verra si je vais maintenant enchaîner les buts ou pas. Je ne me pose pas de questions, je suis avant tout venu à Huy pour reprendre de la confiance et c'est ce que je suis en train de faire.»

À l'image des Hutois qui sont allés chercher cette victoire en terres germanophones tout en étant décimés. «Marquer, c'est bien, mais gagner, c'est mieux. Et quand les deux sont là, c'est parfait» résume Reda Cokgezen. Une superbe mentalité!