Pour s’en sortir, l’Excel Mouscron doit apprendre à tuer ses matchs

Quand il mène ou revient au score, Mouscron n’est pas capable de mettre le but qui fera vraiment mal à ses adversaires.

Arnaud Smars
Pour s’en sortir, l’Excel Mouscron doit apprendre à tuer ses matchs
Ribeiro a marqué avant de louper l’impossible en fin de 1re mi-temps. ©BELGA

Quel est le point commun entre les rencontres face à Deinze, le Lierse et celle d’hier contre le RWDM? La réponse est simple: Mouscron a chaque fois eu la chance de mener au score. Deux fois après une minute. Un peu plus tard ce vendredi. Mais le résultat a chaque fois été en leur défaveur au final, deux nuls et une défaite.

Si plusieurs raisons peuvent expliquer cette constante, l'une ressort plus que les autres. Les Hurlus sont incapables de tuer le match. À chaque reprise, ils oublient de mettre le deuxième voire le troisième but qui leur permettrait de subir moins de pression. José Jeunechamps, qui a connu sa première en tant que T1 au Canonnier, confirmait: «C'est dommage de louper deux grosses occasions juste avant la pause. (NDLR: dont un énorme loupé de Ribeiro qui envoie dans les airs alors qu'il est aux six mètres). Avec deux buts d'avance, on aurait pu mieux gérer».

Mais Mouscron n'est pas la plus mauvaise attaque de D1B pour rien. Il n'a inscrit que sept buts sur les neufs premiers matchs. Et comme il encaisse au moins une fois à chaque reprise, on comprend mieux l'absence de points au classement. «On a beaucoup travaillé sur l'intensité cette semaine, ajoute le gardien, Nick Gillekens. On travaille des nouveaux aspects de notre jeu et un système différent. Contre le RWDM, on a trouvé un état d'esprit. Chacun s'est battu pour son coéquipier, même quand il faisait une erreur. C'est une bonne base de travail. On a réussi à ne pas craquer, comme face à Westerlo. C'est une bonne base sur laquelle on doit encore améliorer les petites erreurs. Cela nous permettra notamment de garder le zéro. Cela nous faciliterait la tâche».

«On ne va rien lâcher»

Durant une mi-temps, on a enfin senti Teddy Chevalier plus soutenu. Mais Ribeiro n'a tenu qu'une heure physiquement. Et le seul autre profil similaire, Joachim Carcela, est suspendu. Conclusion, l'ancien Courtraisien est encore obligé de faire de nombreux efforts pour toucher le ballon ou se provoquer une occasion (comme sur son solo à 5 minutes de la fin). Il manque alors de fraîcheur au moment de conclure et de présence dans la surface, comme sur le superbe centre de Vroman au cordeau. «Je n'ai pas apprécié notre deuxième mi-temps, reprend José Jeunechamps. On a manqué de fraîcheur et de spontanéité dans le chef de trop de joueurs importants. Je n'en veux pas aux joueurs qui ont donné ce qu'ils ont pu (NDLR: une phrase lourde de sens sur l'état physique de ses troupes). Pour moi, ce n'est pas un problème mental. C'est un manque de fraîcheur dans une grande partie du groupe. On ne veut pas faire certains changements mais on y est obligé».

On disait à l'issue du duel que Mouscron paierait longtemps dans les têtes sa présaison loupée. Ce sera aussi le cas dans les jambes. «Mais on ne va rien lâcher. On doit encore affronter deux voire trois fois nos concurrents directs. Il nous reste 19 matchs pour nous rattraper. Semaine après semaine, on va essayer de gratter la fraîcheur où on le peut. Mentalement, il faudra être fort car il y aura certainement encore des coups durs. Mais on ne va rien lâcher». Cela débute dès ce vendredi à Virton.