VIDÉO | Steven Defour en cinq faits: les titres avec le Standard, la «trahison» anderlechtoise et les blessures

En fin de saison, Steven Defour (Malines) va tirer sa révérence à seulement 33 ans. Retour sur cinq moments qui ont marqué la carrière de l’ancien Diable rouge.

R.I.
VIDÉO | Steven Defour en cinq faits: les titres avec le Standard, la «trahison» anderlechtoise et les blessures
©PHOTONEWS/BELGA

Les trophées avec le Standard

Il a beau être Malinois, lorsque Steven Defour s’exprime en français, c’est avec une pointe d’accent flamand mêlé à l’accent liégeois.

Arrivé à Sclessin en 2006 en provenance de Genk, Defour a rapidement été adopté par les supporters liégeois qui appréciaient son abnégation et son impact sur le terrain (15 buts et 33 assists en 165 matches)

Avec le Standard, Defour a tout gagné en Belgique: deux titres de champion (2008 et 2009), deux Supercoupes (2009 et 2010), la Coupe de Belgique (2011), le Soulier d’or (2007).

À l’époque du premier titre, en 2008, il déclarait après le titre acquis sur une victoire contre Anderlecht justement, être «fier d’enfin redonner un titre au Standard».

En 2011, après 5 saisons fructueuses au Standard, il quitte la Belgique et s’engage pour Porto, où il remportera deux titres de champion du Portugal. Mais il ne s’y imposera jamais.

La trahison anderlechtoise

En août 2014, Steven Defour commet un geste irréparable aux yeux des supporters rouches en signant pour Anderlecht. L’ancien capitaine, qui ne jouait plus à Porto, avait fait un choix «difficile» qu’il a tenté de justifier: «Cela n’a évidemment pas été une décision facile. Je respecte le Standard mais parfois il faut penser à soi-même. Anderlecht a su me convaincre.»

VIDÉO | Steven Defour en cinq faits: les titres avec le Standard, la «trahison» anderlechtoise et les blessures
©Photo News

La réaction en bord de Meuse, de la déception à la colère, a été immédiate. Et même s’il n’est pas le premier Rouche à passer du côté de Saint-Guidon – de son époque, Mbokani, Cyriac, Jovanovic et, plus tard, Ezekiel et Santini, ont fait le même mouvement –, Steven Defour a eu cette image de «traître» qui lui a collé à la peau.

Chez les Mauves, Steven Defour a aussi connu le succès avec un titre en 2017. et une Supercoupe en 2015.

Le tifo de la «honte» et les retours chahutés à Sclessin

Signe du destin ou non: Steven Defour n’a pris aucun point à Sclessin avec Anderlecht. Ses retours au Standard, qui pouvait compter à l’époque sur son public, ont toujours été très chauds.

Mais les supporters ne se sont pas contentés de simples sifflets vis-à-vis de leur ancien capitaine. Ils sont carrément tombés dans le morbide en déployant un tifo avec la tête décapitée de Defour lors du Clasico du 25 janvier 2015, remporté par le Standard (2-0). Lors de cette rencontre, il avait été exclu pour abus de cartons jaunes après avoir notamment balancé le ballon dans les tribunes.

Une initiative qui n'avait pas été validée par le club et qui a été unanimement condamnée.

VIDÉO | Steven Defour en cinq faits: les titres avec le Standard, la «trahison» anderlechtoise et les blessures
©BELGA

La découverte de la Premier League et les blessures

Après deux saisons et 85 matches avec Anderlecht, Defour a rejoint Burnley et la Premier League pour une deuxième expérience à l'étranger. Un nouveau défi pour lui, et une manne financière pour Anderlecht qui l'a vendu 2 millions € plus cher que lors de son arrivée de Porto (8 au lieu de 6 millions€).

Oublié par Wilmots pour l’Euro 2016, conspué par certains supporters, Steven Defour a eu l’occasion de retrouver de la sérénité en Angleterre.

VIDÉO | Steven Defour en cinq faits: les titres avec le Standard, la «trahison» anderlechtoise et les blessures
©Photo News

Chez les Clarets, où il est resté 3 saisons, Steven Defour n’a pas cependant été épargné par les blessures, notamment au mollet et au genou.

En septembre 2019, Defour casse son contrat pour retourner en Belgique et à l'Antwerp. L'aventure avec le Great Old ne durera qu'une saison et à peine 12 matches.

À Malines pour gratis, ou presque

Steven Defour se retrouve alors sans contrat. En octobre dernier, alors qu’il s’y entraînait pour garder la condition, il décide de signer pour le KaVé Malines, là où tout a commencé pour lui.

Un contrat particulier, «basé sur ses prestations». Comme un joueur de provinciale payé au point…

Ce lundi, Steven Defour a annoncé qu’il mettrait un terme à sa carrière en fin de saison, alors qu’il fête son 33e anniversaire le 15 avril. Il a porté le maillot de l’équipe nationale à 52 reprises et disputé la Coupe du monde 2014 pour les Diables rouges.