L’effort intensif met le cœur des sportifs atteints du covid-19 en danger, préviennent des spécialistes

Des médecins du CHU de Liège tirent la sonnette d’alarme : le sport à haute intensité peut faire courir des risques cardiaques à un sportif qui serait touché par le covid-19. Et comme personne n’es sûr d’être épargné…

Stéphane Lecaillon
L’effort intensif met le cœur des sportifs atteints du covid-19 en danger, préviennent des spécialistes
Amateur ou pro, attention: dépasser 80% de ses moyens n’est pas sans risque pour le moment. ©Photo News

Voilà un avis autorisé qui confortera certains dans leurs intuitions et attirera l'attention d'autres, qu'ils soient sportifs amateurs ou professionnels, entraîneurs, dirigeants de clubs ou de fédérations sportives, voire même membres du corps médical, sur le danger de la pratique sportive à haute intensité en cette période de coronavirus. «Le COVID-19 pourrait être dangereux pour le cœur des sportifs», écrit le service pluridisciplinaire de médecine et traumatologie du sport du CHU et de l'Université de Liège, SportS2, sous la plume des Docteurs Caroline Le Goff, Arnaud Ancion et Jean-François Kaux (voire ci-dessous).

«Nous étions justement en train d'écrire cette carte blanche quand nous avons été interrogés par un médecin officiant dans une fédération sportive», nous explique le Professeur Jean-François Kaux. Il interrogeait ces spécialistes sur le danger de la tenue d'un entraînement à haute intensité prévu ces prochains jours pour des sportifs d'élite, avec cette question: «Un sportif asymptomatique est-il à risque de développer une infection plus importante?»

On constate des marqueurs 1 000 x supérieurs à la moyenne

Le risque est bien là, selon les spécialistes. «Un sportif qui serait porteur sain ou en période d'incubation peut être en danger s'il pratique son sport à une intensité supérieure à 80% de ses moyens, oui, répond le professeur Kaux. Il faut être très attentif, d'autant qu'on ne sait pas tout sur ce virus. On pensait les jeunes relativement à l'abri, puis on a vu ces derniers jours une jeune de 16 ans décéder en France. Il s'agit d'un risque théorique, mais basé sur des constats: j'ai vu certains marqueurs cardiaques de patients atteints du covid-19 hospitalisés au CHU être plus de 1 000 fois supérieurs à la moyenne. Jusqu'à 10 000 fois, même.»

Plus de complication, mortalité plus élevée

Quels sont les problèmes potentiels? «Chez ces patients, ces marqueurs de nécrose cardiaque et d'insuffisance cardiaque sont très souvent élevés. Ces augmentations sont associées à un moins bon pronostic: durée d'hospitalisation plus longue, plus de complications, mortalité plus élevée […] Une inflammation du muscle cardiaque est possible, on appelle cela une myocardite», détaille le texte.

Il faut doubler de vigilance, puisque, pour rappel, personne ne sait s’il n’est pas un malade asymptomatique. Professionnel ou amateur.

Sports

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...