Meux ne pouvait rêver mieux

À Meux, Marco Casto et Philippe Dubail sont aux anges. La montée n’est, à l’heure actuelle, pas envisageable.

Jérôme Noël
Meux ne pouvait rêver mieux
Les objectifs du club sont clairs: faire éclore des jeunes et installer, si possible, une tribune. ©ÉdA – Florent Marot

Trente-quatre points en 17 matches et une deuxième place. Meux ne pouvait rêver mieux pour clôturer cette année 2019. Ce bilan n'est pas le fruit du hasard. C'est un travail de longue haleine, en coulisses et sur le terrain, mené par les joueurs, le staff et le comité. Il y a eu un déclic en début de saison et ce, dès le premier match. «En gagnant 2-0 contre Rebecq, les gars ont pris conscience de leurs qualités, raconte Marco Casto. Pour moi, c'est le déclic alors que nous sortions d'une préparation chaotique.» Les «Verts» n'ont ensuite rien lâché. « Après trois matches et trois victoires, ils se sont rendu compte qu'il était possible de réaliser quelque chose de beau.» Ils ont continué sur leur lancée, tout en préservant leur invincibilité jusqu'au 16e match. «Et puis, à part Arthur Baudoin, j'ai pu compte sur un groupe au complet, ajoute le coach. Aligner 17 fois la même équipe, à un ou deux éléments près, c'est un privilège. Une des raisons de ce beau parcours.»